Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 10:24

Coupe du Cameroun 2016: Le dossier du Jour

 
 
 
r

coupe,cameroun,2016,dossier,jour,cameroon,Coupe du Cameroun 2016: Le dossier du Jour :: CAMEROONLe sacre inédit d’Apejes
Coupe du Cameroun. L’équipe de Mfou a remporté la 57ème édition en battant Bamboutos de Mbouda par 2 buts à 0, hier au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

La liesse a atteint son paroxysme hier lors de la sortie des joueurs d’Apejes de Mfou du stade Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. On aurait cru à un match des Lions Indomptables, au regard du nombre de supporters présents aux abords du stade rénové. Les nombreux refrains entonnés renvoyaient à Apejes de Mfou. L’équipe du président Aimée Léon Zang venait de remporter sa 1ère Coupe du Cameroun de football, en battant de Bamboutos de Mbouda sur le score de 2 buts à 0.

Tout était spectaculaire lors de cette 57ème édition. Les deux finalistes disputaient leur première finale devant Paul Biya, le Chef de l’Etat. Devant un public comme on avait plus vu depuis plus de 15 ans, Apejes et Bamboutos ont offert du spectacle dans un stade totalement remis à neuf. Rebaptisée Apejes du Centre, l’équipe de Mfou a attendu le dernier quart d’heure pour faire taire les supporters de Bamboutos.

Franck Thierry Boya, le milieu de terrain d’Apejes a été double buteur dans un match que ses coéquipiers et lui, ont maîtrisé de bout en bout. A la 70ème minute, Boya a ouvert le score de la tête suite à un corner tiré par Nelson Moukeu(1-0). Les deux joueurs ont reproduit le même scénario quatre minutes plus tard pour assommer les Mangwas boys et ses nombreux supporters (2-0). Ces deux réalisations venaient récompenser la domination des joueurs d’Herman Sokba Oumarou, l’entraîneur d’Apejes.

Pourtant, ce match aurait pris une autre tournure si Iréné Mbele, l’attaquant de Bamboutos, avait concrétisé une occasion nette de buts avant la mi-temps. Le tir à bout portant du joueur des Mangwa Boys a été repoussé des pieds par Junior Dandé, le gardien de buts d’Apejes. Cette frayeur passée, les joueurs de Mfou ont pris la possession de balle au milieu de terrain. Le trio Boya-Oum- Moukeu a fait du mal à l’adversaire.

Les joueurs de Mfou se sont procurés les meilleures occasions, sans parvenir à tromper la vigilance de Destin Samolah. Franck Boya a été le premier à se mettre en évidence à la 35ème minute. Le Lion  indomptable a hérité d’une balle de Nelson Moukeu, mais sa frappe a frôlé le poteau gauche de Destin Samolah. Serge Ngayaou, le capitaine de Bamboutos qui disputait sa 5ème finale, a longtemps retardé
l’échéance.

coupe,cameroun,2016,dossier,jour,cameroon,Coupe du Cameroun 2016: Le dossier du Jour :: CAMEROONcoupe,cameroun,2016,dossier,jour,cameroon,Coupe du Cameroun 2016: Le dossier du Jour :: CAMEROON

Fiche technique

Finale de la Coupe du Cameroun
Apejes de Mfou – Bamboutos de Mbouda :

Buts : Franck Boya (70ème et 74ème) pour Apejes

Stade Omnisports Ahmadou
Ahidjo de Yaoundé
Heure : 16 heures
Temps joué : 90+4

A : Alioum Sidi
A1 : Mekouande Evariste
A2 Emmaneul Achu
4ème : Bito Jeannot

Avertissements : Gervais Kago ; Serge Ngayaou pour Bamboutos de Mbouda ; Armel Simé pour Apejes

Apejes de Mfou : 01- Junior Ndandé ; 06- Kouamédjo Nankep ; 17- Jacques Olih (Cap) ; 15- Ngando Cyrille ; 1Armel Simé ; 08- Franck Boya ; 10- Oum Gouet ; 21-Moukeu Nelson (09- Junior Atemengue); 7-
Mouhamed Njoya (14- Tombi Alemi); 11- Fack Bayokolack (22- Mouteng Steve); 2- Messi Bouli.

Remplaçants : 09- Junior Atemengue ; 14- Tombi Alemi ; 16- Cyni Janvier ; 22- Mouteng Steve ; 13- Ntchinda Kom ; 19- Aboueme Joseph.

Entraîneur : Oumarou Sokba.

Bamboutos de Mbouda : 16- Destin Samolah ; 14- Serge Ngayaou (Cap) ; 17- Souleymanou Mboumbouo (15- Rodrigue Meuteing); 03- Magloire Mouafo ; 18- Obaker Tchangue ; 05- Nguesse Ello ; 08- Gervais Kago ; 10- Lane Lakem ; 20- Amores Dertin ; 19- Quercy- Sterling Dieu-Béni (24- Arnaud Monkam); 22- Irené Mbele (Simplice Nkwetat).

Remplaçants : 01- Arnold Fotso ; 15- Rodrigue Meuteing ; 04- Jeannot Sama ; 24- Arnaud Monkam ; 13- Maurice Gourrier ; 24- Jo Elvis Mbondi ; 09- Simplice Nkwetat.

Entraîneur : Fagnia Fagnia.

Caristan Isseri à Maben

coupe,cameroun,2016,dossier,jour,cameroon,Coupe du Cameroun 2016: Le dossier du Jour :: CAMEROON

“Ma joie est immense”
Herman Sokba Oumarou, entraîneur d’Apejes de Mfou

Ma joie est immense. C’est la victoire d’un travail avec les amis. La victoire d’un club au sein duquel le président ne ménage aucun effort pour que nous soyons dans les bonnes conditions. Nous avons un jeune président qui fait confiance aux jeunes entraîneurs. Il était normal que nous lui donnions raison en arrachant ce trophée. Je n’ai fait que penser à la victoire au cours de ce match. Même quand ça été dur, je savais que mes gars allaient faire la différence. J’ai su que les balles arrêtées devaient être déterminants dans ce match. Nous avons marqué nos deux buts sur ces balles arrêtées.

“Mes coéquipiers ont eu peur”
Serge Ngayaou, capitaine de Bamboutos de Mbouda

C’est un match de football. Il devait avoir un vainqueur et un vaincu. Je vais dire aux supporters de ne pas perdre espoir. Qu’ils continuent de supporter leur équipe. Jusqu’à preuve du contraire, c’est le club le plus populaire du Cameroun. Je suis très mal. Je n’en reviens pas toujours que nous avons perdu le trophée face à une jeune équipe. Apejes avait des joueurs qui, pour la plupart jouaient leur première finale. Mes coéquipiers ont eu peur de ce match et c’est dommage.
Propos recueillis par C.I.M

“Apejes a dominé le match”
Fernadez Fagna Fagna, entraîneur de Bamboutos de Mbouda

Techniquement et tactiquement, Apejes a dominé le match. Et dans ce genre de match, tout se joue sur des détails. Nous avons été mauvais sur les plans technique et tactique. C’était un mauvais jour pour nous. Apejes a mérité sa victoire et le je lui présente mes félicitations.

“Je ne doutais pas de cette victoire”
Daniel Fogouh, manager général d’Apejes

Je suis simplement ému. C’est incroyable, tout simplement. Je ne doutais pas de cette victoire quand j’arrivais dans ce stade au regard de certains paramètres. J’ai accordé une interview sur le site Internet Camfoot où j’annonçais la victoire de Bamboutos, quand les gens semblaient intimidés par la mobilisation des supporters de Bamboutos. J’ai longtemps observé les deux formations et je croyais en mes gars. Je n’ai jamais douté de cette victoire. Pour la compétition africaine, nous sommes prêts. Nous avons deux jours pour faire la fête et deux semaines de repos pour les joueurs et ils retournent au travail. On va certainement chercher des joueurs expérimentés à quelques postes pour préparer la compétition africaine.

“Merci aux fils de la région du Centre”
Saint Fabien Mvogo, président de la ligue régionale de football du Centre

Je dois d’abord dire merci à Dieu, le Père Tout puissant, qui a bien voulu nous combler de ses grâces et nous eMerci aux joueurs, au staff technique, à tous les supporters et toutes les filles et fils de la région du Centrnvoyer son esprit sain pour que nous sortons vainqueurs. e, qui ont répondu à l’appel pour vaincre à tous les niveaux, même à la mobilisation, cette grande équipe de Bamboutos, qui n’a pas démérité. On savait la responsabilité qui nous incombe au plan africain et on voulait gagner coupe. Le président Zang voulait faire cette campagne africaine et je crois qu’après l’euphorie, ce sera place à la préparation minutieuse de cette campagne.
Propos recueillis par A.C.

Regard de notre expert

“Il y a eu deux styles de jeu différents”
Kisito Eloundou. Notre expert pose son regard technique sur la finale Apejes – Bamboutos.

Ça été une très belle affiche du moment où les deux équipes se connaissaient pour s’être affronter en championnat et avaient l’occasion de faire la différence. Il y a eu deux styles de jeu différents. Apejes qui sort bien le ballon et le joue en comptant davantage sur sa jeunesse. Bamboutos qui voulait rester dans son collectif et préserver ses acquis au niveau de l’animation défensive. Apejes est resté fidèle à sa philosophie, avec l’entraîneur (Sokba Oumarou, ndlr), qui a toujours maîtrisé le ballon en faisant l’adversaire. La première manche n’a pas démontré grand-chose. On a vu la maladresse des joueurs et consorts, parce qu’ils n’avaient pas encore atteint le maximum de leur échauffement.

A la deuxième manche, le menu a été alléchant. Apejes est resté dans sa philosophie, pendant que Bamboutos cherchait la verticalité avec ses deux joueurs qui essayaient de mettre la vitesse dans le camp adverse. Malheureusement, ils sont sortis. Apejes mérite sa victoire. Il est resté fidèle à sa façon de faire. Bravo à cette équipe qui a démontré qu’on faut capitaliser la présence des individualités. C’est un avantage lorsque le jeu est serré comme disait Kelber disait : à valeur égale, il faut lapuissance physique pour pouvoir faire la différence. Le jeune Franck Boya a démontré qu’il a de l’avenir, de la poigne. Je crois ceux qui l’ont appelé la Muraille d’Ongola ne se sont pas trompés, car il a renouvelé avec la confiance qu’Apejes lui a déposée sur les épaules ».

 

coupe,cameroun,2016,dossier,jour,cameroon,Coupe du Cameroun 2016: Le dossier du Jour :: CAMEROON

Coulisses

Paul Biya coach des deux équipes

Hier avant le coup d’envoi de la 37ème finale de Coupe du Cameroun de football, il y avait des faits qui avaient le don de chauffer le public. La présentation des joueurs de chacune des équipes avec leurs visages a été très applaudie par les plus de 50.000 spectateurs venus suivre la finale. A la fin de la présentation des deux équipes, il y a eu une dernière image, celle de Paul Biya, accompagnée d’un message : « Thank you ». Des cris et des youyous ont été plus stridents au passage de cette image.

Bidoung perd cinq minutes de jeu

C’est à 16h10 que Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, le ministre des Sports a donné le coup d’envoi de la finale de la Coupe du Cameroun de football hier. Son geste de l’intérieur du pied droit est allé en faveur de Bamboutos de Mbouda, sous les clameurs des supporters. C’est le pas pressant que le Minsep l’a fait, parce qu’il y a eu retard sur l’exécution du programme annoncé. Après avoir posé son geste, Bidoung Mpkatt a pris la direction de la tribune présidentielle. S’il y avait ce genre de but souvent rapide, il ne l’aurait pas vu, car Alioum Sidi, l’arbitre de la partie, n’a pas attendu que le ministre retrouve son siège comme c’est souvent le cas. Le Minsep a perdu au moins cinq minutes de jeu.

 

coupe,cameroun,2016,dossier,jour,cameroon,Coupe du Cameroun 2016: Le dossier du Jour :: CAMEROONcoupe,cameroun,2016,dossier,jour,cameroon,Coupe du Cameroun 2016: Le dossier du Jour :: CAMEROON

L'interview

“La logique a prévalu”
Aimé Léon Zang. Le président d’Apejes s’est exprimé à l’issue de la finale contre Bamboutos.

Comment se sent un président qui vient de remporter le trophée de la Coupe du Cameroun ?

Je crois que la logique a prévalu. Je l’avais indiqué, que sur une belle aire de jeu, Bamboutos n’allait pas s’en sortir face à nous. C’est une équipe qui est intraitable sur un certain type d’aire de jeu. Nous avons joué en un, deux touches de balles pour mettre cet adversaire en difficulté, pour mériter largement notre victoire.

Avez-vous douté à un moment de cette finale ?

Pas du tout. J’étais confiant et il ya eu simplement un retard pour marquer des buts. Je savais que nous allions marquer des buts. Et c’est arrivé. A partir de ce moment, Apejes est qualifié pour la Coupe des Confédérations.

Mesurez-vous cette responsabilité sur vos épaules ?

La compétition africaine, nous allons prendre du temps pour souffler un peu. Mais, ce n’est pas la sorcellerie qu’on fait là-bas. Nous avons fait pour un coup d’essai en Coupe du Cameroun, un coup de maître. Et demain, qui sait … Nous irons à cette compétition africaine en tant que Camerounais, avec un mental d’acier. Nous représentons déjà tout le peuple camerounais et je suis sûr qu’il sera fier de nous.

Cela suppose que vous allez renforcer l’équipe. Avez-vous imaginé ce scénario avant cette finale ?

J’ai imaginé plus que ce scénario ? Sur une belle pelouse comme celle de ce stade rénové, je connais le jeu de mes enfants, ils feront honneur au pays. Si l’Etat continue dans cette lancée en nous donnant des infrastructures comme ce stade, je suis sûr que les meilleures équipes seront toujours championnes.

Un mot sur votre adversaire de cette finale …

C’est une bonne équipe. Nous avons usé de la jeunesse pour faire courir les joueurs de Bamboutos sur le terrain et ils ont craqué. Vous avez vu qu’en 45 minutes ils ont fait deux remplacements dus au crampes, parce qu’ils sont tombés dans notre piège. Nous avons eu la possession du ballon, sachant que les joueurs de Bamboutos allaient se fatiguer et c’est ce qui a été fait. Ils ont été épuisés.

Propos recueillis par A.C.

Belle tribune de presse chauffante

C’est à coeur joie que les journalistes ont pris d’assaut la nouvelle zone de presse construite au stade Ahmadou Ahidjo, à l’occasion de la réfection de cette infrastructure pour la prochaine Can de football féminin. Ils étaient tous joyeux de s’installer confortablement sur des tables équipées de prises et autres commodités, telles qu’on a souvent vu ailleurs. C’était « impeccable ». Les journalistes arrivés à partir de 13h30 pour ce match prévu à 16h n’avaient plus de place, parce que même des photographes sensés travailler à la main courante s’y étaient installés.

Sauf que personne ne s’imaginait ce qui allait arriver. Au coup d’envoi du match, tout le monde avait du papier sur la tête comme visière et protection contre le soleil. Il s’agit bien d’un soleil d’aplomb ayant mis tous les journalistes mal à l’aise dans leur travail. Beaucoup d’occupant de cette zone ont été obligé d’enlever leurs vestons pour ne pas « fondre » sous la chaleur de cette belle tribune de presse.

Franck Thierry Boya. L’homme du match

Le jeune international camerounais a, par ses deux buts de la tête, donné la victoire à son équipe hier lors de la finale de la Coupe du Cameroun. Contrairement aux autres éditions de la Coupe du Cameroun où le suspense pour désigner l’homme du match n’est souvent pas facile à lever, Franck Thierry Boya a mis tout le monde d’accord au coup de sifflet final de la Coupe du Cameroun ayant opposé son club Apejes, à Bamoutos de Mbouda. Personne ne doutait alors de sa désignation comme le meilleur joueur de cette partie. Selon des chiffres annoncés au terme du dépouillement du jury, Franck Boya a obtenu 55 points, suivi de son coéquipier Nelson Moukeu (21 points) et Magloire Moifo (7 points). Franck Thierry Boya a ainsi justifié son statut d’international lors de la 57ème finale de la Coupe du Cameroun de football hier au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

Alors que son équipe Apejes, dominateur de Bamboutos, peinait à trouver le chemin de filets de son adversaire, c’est lui qui a débloqué le match. Deux coups de têtes rageurs lui ont suffi pour mettre les joueurs de Bamboutos de Mbouda K.O devant ses milliers de supporters.

D’abord à la 70ème minute de jeu à la réception d’un corner exécuté par son coéquipier Nelson Moukeu. De sa détente verticale, il a coupé la trajectoire du ballon au premier poteau pour catapulter le ballon de la tête dans les filets de Symphore Destin Samolah, le gardien de buts de nationalité centrafricaine de Bamboutos de Mbouda. Trois minutes après, bis repetita. Le corner frappé à nouveau par le même Raphaël Messi Bouli est repris de la tête par le milieu de terrain d’Apejes de Mfou. 2-0. Les carottes étaient cuites pour les Mangwa boys.

Bien avant, le jeune joueur de 20 ans a, avec son coéquipier Samuel Oum Gouet, verrouillé le jeu au milieu de terrain, ne laissant aucune chance à ses adversaire de développer leur jeu. La bataille du milieu de terrain a été gagnée par celui qu’on appelle déjà « la Muraille d’Ongola », de son 1,94m.

 
Techniquement prêt, physiquement au point, ajouté à sa puissance, l’ancien joueur de Nkufor Academy a neutralisé plusieurs initiatives adverses, et proprement. Etonnant pour un joueur positionné comme libéro au milieu de terrain de terminer une partie aussi engagée sans écoper d’un avertissement. Son trophée d’homme du match qu’il recevra ce jour à la Fécaoot n’est pas volé. « On est arrivé au bout et c’est le plus important.   Nous avons développé simplement notre stratégie de jeu. Nous avons travaillé les balles arrêtées aux entraînements. C’est un rêve qui se réalise et nous remercions le bon Dieu », nous a-t-il confié avec beaucoup d’humilité.

Franck Boya, selon plusieurs observateurs, fait penser à Marc Vivien Foé, l’ancien Lion Indomptable, de regretté mémoire.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires