Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 12:08

RIQUE::SOCIETE

Afrique:PROJET DE CREATION D’UNE MONNAIE UNIQUE EN AFRIQUE DE L’OUEST,Il n’y a pas d’idéal sans sacrifices :: AFRICA

UP
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 12:05

MEROUN::POINT DU DROIT

Cameroun:La responsabilité juridique du médecin‏ :: CAMEROON

Le Droit:Camer.beBonjour à tous et bon début de week-end.Je voudrais poser la problématique de la procédure judiciaire à enclencher dans le cas où vous êtes victime d'une erreur d’opération chirurgicale. En fait une dame  a accouché par césarienne et le chirurgien a oublié une serviette dans son utérus. Pendant 6 mois cela a été un calvaire pour elle. Revenu de temps à autre se faire re-ausculter par les mêmes "Docteurs", elle va être réopérée après avoir été renvoyée maintes fois pour soit des échographies qui ne révéleront rien selon elle et enfin un scanner qui va voir l’interprétation d'un Spécialiste de passage qui va conclure à la présence d'un corps étranger. Bonne journée.

La réponse du Cabinet

Le principe de la responsabilité médicale est ancien, puisqu’il figurait déjà dans les livres anciens tels que le code D’Hammourabi et le livre sacré égyptien. L'exercice de la médecine (Article 69 du code de déontologie, article R.4127-69 du code de la santé publique.) 

Cela signifie que le médecin est responsable de ses actes devant ses pairs et ses patients. S’il commet une faute, il peut être sanctionné et contraint d’indemniser sa victime. Le médecin n’est pas à l’abri des poursuites pénales pour blessures ou homicide involontaire en cas d'erreur ou de négligence. 

L'obligation pesant sur le médecin est de donner à son patient des soins consciencieux, attentifs, et conformes aux données acquises de la science à la date des soins.

La responsabilité du médecin est civile, administrative et pénale. :

Civile, c'est-à-dire qu’elle peut donner lieu à indemnisation de la victime qui se voit accorder réparation du dommage subi ;

Pénale, c'est-à-dire qu’elle peut entraîner une peine d’amende ou de prison ;

Administrative, c'est-à-dire qu’elle peut déboucher sur des sanctions allant jusqu’à la révocation de la Fonction Publique au cas où c’est un médecin public.

Il est préférable de choisir la juridiction la mieux adaptée à votre litige avec l'assistance de votre avocat, qui vous conseillera. 

Indications bibliographiques
Johanne Saison, Le risque médical, L’Harmattan, 1999 ;
TRUCHET (D), « Tout dommage cblige la personne publique à laquelle il est imputable à le réparer », A propos et autour de la responsabilité hospitalière, RD sanit et soc, 1993 ;

Notes de la rédaction de Camer.be

Pour vos Conseils sur les procédures et formalités diverses au Cameroun, vous pouvez prendre attache avec nous à seumo@hotmail.com ou webmaster@camer.be ou mieux encore à: info@atangana-eteme-emeran.com  Site web: http://atangana-eteme-emeran.com 

© Camer.be : Atangana Eteme Emeran
PDF
 
 
0
Pas encore enregistré ?
Enregistrez-vous

Chers intervenants,
Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.
Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

 
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 11:52

Afrique: POUVOIR ET SATANISME EN AFRIQUE :: AFRICA

Franck CANA:Camer.beAu lendemain des indépendances administratives des territoires africains dans les années 60, une vague de dirigeants en culotte furent imposés à ces nouveaux états par les pays qui choisissent les « Guides » en Afrique. Une fois en place, ces autorités considérèrent que l'onction occidentale n'était pas suffisante pour la garantie du pouvoir, face au danger du coup d'état qui pourrait provenir de partout, accompagné à l'époque d'une mort certaine. Ils décidèrent donc d'aller chercher un appui supplémentaire, spirituel celui-là, afin de parer à toute éventualité. C'est ainsi que la sphère du pouvoir fut envahie par le fétichisme, le maraboutage, la sorcellerie, les pratiques magiques importées des grands maîtres de l'Inde, à partir des palais présidentiels, suivis plus tard par la franc-maçonnerie nègre.

L'un des précurseurs en la matière fut le maréchal-président Joseph-Désiré Mobutu du Zaire, actuelle république démocratique du Congo. Des multiples pratiques magiques de ce dernier, qui n'ont jamais permis à son pays d'aller de l'avant, l'enfonçant au contraire dans les ténèbres, on peut entre autres retenir, le déversement de ses excréments et urines dans l'une des principales sources d'eau du pays. D'ailleurs, lors de sa repentance publique, son ministre de la communication, feu Sakombi Inongo, dira : « Le maréchal-président prenait un verre de sang humain le matin ». 

Prélèvements d'organes sur les personnes assassinées

Au Gabon, débutés sous l'ère de l'ancien président Omar Bongo, les crimes rituels initiés par la classe politique sont toujours d'actualité dans une véritable impunité avec leurs lots de victimes démembrées. A savoir qu'à partir des années 1990, la déferlante des loges de la franc-maçonnerie nègre en Afrique francophone vint également accentuer la douleur de la population gabonaise. Une franc-maçonnerie nègre qui s'est au fil du temps avérée être en terre africaine une pure fabrique du crime et de la misère, tenue par ceux qui prêtent serment la nuit. En effet, toute période pré-électorale plonge le peuple dans la psychose. Dans ces conditions, pas étonnant que des hommes de bon sens et l'association de lutte contre les crimes rituels (ALCR) que préside Jean Elvis Ebang Ondo, soient montés au créneau à la veille des scrutins départementaux et communaux du 14 décembre 2013. 

Sang humain retiré frais et bu dans les temples maçonniques

Ce dernier parle des hommes politiques comme de « véritables prédateurs » en cette période pré-électorale. Une période de « douleurs et de pleurs » pour les gabonais. Malgré les appels à la responsabilité du chef de l'état et des pouvoirs publics, les organisations des droits de l'homme demeurent ulcérées par la persistance des crimes rituels politiques. Au point, d'appeler la communauté internationale à s'intéresser à la barbarie de ceux qui sont censés diriger et protéger les populations. Le corps affreusement mutilé de la jeune Yollye Babaghéla était découvert le 20 janvier 2013 à Libreville. Sept adolescentes ont par la suite connues un sort identique dont Astride Atsame, 7 ans, retrouvée horriblement mutilée sur une plage de Libreville. Parmi les récentes victimes, le jeune Achile Obiang Ndong, froidement assassiné avec prélèvement d'organes à Oyem. S'adressant à ses concitoyens, Jean Elvis Ebang Ondo, les a mis en garde : « Surveillez vos enfants, vos proches, vos tombes, soyez vigilants. On égorge des enfants comme des moutons et le sang est retiré frais pour être consommé dans les temples. » Un cadre gabonais affirme : « Lorsqu'en 2009 la vidéo de l'intronisation du chef de l'état comme grand maître de la loge maçonnique du Gabon fut diffusée, j'ai eu beaucoup de mal à expliquer à mes enfants que nous n'y buvons pas de sang humain ».

Les criminels qui agissent en principe pour les hommes politiques ne sont jamais retrouvés. Leur mode opératoire est toujours le même. Ils arrachent sur la victime encore vivante la langue, les organes génitaux, les yeux...pour en faire des amulettes et espérer accéder ou se maintenir à des postes de responsabilité dont l'enrichissement personnel demeure le leitmotiv. Au Congo Brazzaville, ces crimes furent déjà condamnés par la Conférence nationale de 1991. Cette institution avait comptabilisé 290 cas de disparitions d'enfants entre 1979 et 1990 aux fins de sacrifices humains occasionnés par le pouvoir en place. A l'époque, les témoins de ces crimes qui furent entendus par une commission de la conférence nationale souveraine étaient les agents de la sécurité d'état, chargés des enlèvements d'enfants, surtout dans le quartier de Moukondo. A l'heure actuelle, les inquiétudes des populations congolaises demeurent entières. Et l'arrestation le 22 mai 2013 du maire de la commune de Ouésso, Siméon Mombonde, suite à une série d'assassinats, appelés Kata-kata, avec prélèvements d'organes en dit long. Cette arrestation, la première du genre, atteste que le personnel politique congolais, généralement maçonnique, persiste bel et bien dans ces pratiques macabres.

Crimes et sodomisation des cadavres

En janvier 2013 au Cameroun, une série d'assassinats eurent lieu dans le quartier Mimboman à Yaoundé. Une dizaine de victimes toutes de sexe féminin et âgées de 15 à 25 ans étaient dénombrées. Un témoin qui n'est plus dans la haute fonction publique affirme avoir vu un jour des scènes sordides dans la cour du palais présidentiel. « Les testicules d'un enfant de 15 ans vivant furent arrachées et offertes à un chien qui sera enterré à son tour vivant après ce repas. Ou encore des séances de sodomisation d'animaux tels que des chiennes.» Ce témoignage qui dépasse l'entendement humain va encore plus loin : « Au Cameroun, j'ai également vu des autorités enterrer des êtres vivants ou les assassiner pour des sacrifices politiques en les étouffant dans des fleuves ». Et, Didier Ovono, ancien responsable de la morgue de l’hôpital régional de Bertoua, met en lumière le criminel de la classe dirigeante camerounaise. « Je recevais les visites des ministres, des directeurs généraux des sociétés d'état et privées, qui venaient de Yaoundé vers minuit et voulaient rester discrets. Certains préféraient sodomiser les cadavres selon la pratique imposée dans leur milieu occulte et nombreux d'entre-eux se procuraient les organes humains. Il y en a qui portent ces organes dans leurs vêtements pendant un an, lorsqu'ils vont au travail. Je vous assure, je n'ai aucun respect pour certains ministres, dont la plupart sont encore en fonction. Ce sont des monstres qui se cachent derrière leurs vestes ».

Le clitoris de la femme est mangé

Le comble du satanisme et de l'aliénation des hommes de pouvoir en Afrique, conseillés par leurs gourous généralement analphabètes, est  que nombreux sont par exemple convaincus que manger un clitoris procure une rhétorique venant du Ciel et capable de convaincre quiconque de son bon vouloir. Au Burundi, ce sont les albinos qui sont pris pour cible comme en Tanzanie ou « les meurtres rituels sont en recrudescence », selon Navi Pillay, Haut-commissaire des Nations-Unies aux Droits de l'homme.

Au regard de ce décorum, il est évident que le satanisme a atteint son paroxysme et est bel et bien enraciné aujourd'hui dans les cercles de pouvoir africains par le biais, principalement, des pratiques funestes des frères de la sombre franc-maçonnerie satanique nègre. De fait, l'un des drames des populations africaines est de recevoir le mal de la part de ceux qui sont censés leur faire du bien. Pas étonnant puisque la parole de Dieu nous a prévenu : « Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n'est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice.»                                                                                        

 * Franck CANA,Écrivain progressiste,auteur des ouvrages :
« L'aube de l'odyssée », éditions La Bruyère, Paris
« Opération Restore Hope », éditions La Bruyère, Paris

© Correspondance : Franck CANA,Écrivain progressiste,Analyste sociopolitique
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 11:49

014 : Sangafowa Coulibaly fait le bilan et annonce les perspectives

Publié le samedi 8 fevrier 2014  |  



Appui

Appui au secteur agricole: Le FIDA organise un atelier d`apprentissage et de partage en suivi-évaluation
Lundi 2 décembre 2013. Grand-Bassam. NSA Hôtel. Le ministre de l`agriculture Mamadou Sangafowa Coulibaly a ouvert les travaux de l`atelier d`apprentissage et de partage en suivi-évaluation organisé par le fonds international de développement agricole (FIDA) dans le cadre du renforcement des capacités des acteurs du secteur agricole. Photo : Mamadou Sangafowa Coulibaly Ministre de l`agriculture




Que de chemins parcourus en 2013 et des perspectives pour le secteur agricole en 2014. C’est ce qui ressort des propos du ministre de l’Agriculture. En effet, hier, à la Caistab, à la faveur de la double cérémonie de présentation des vœux du nouvel an du personnel du ministère de l’Agriculture et de distinction d’agents de ce département ministériel, Sangafowa Coulibaly a salué le travail abattu par la famille agricole qui a évité à la Côte d’Ivoire de connaître la famine au plus fort de la crise électorale et même post-électorale. Et selon lui, les différentes distinctions et décorations dénotent de la gratitude que les autorités ivoiriennes expriment à ceux qui ont permis de remplir le grenier de la Côte d’Ivoire. Aussi Sangafowa Coulibaly a dit prendre en compte les doléances relatives à l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses différents agents et ceux du secteur agricole. Tout en rappelant que ce secteur a souffert du manque d’investissement pendant 30 ans, il a indiqué qu’en 2011, c’était la phase d’urgence, en 2012, l’élaboration du Programme national de développement (Pnd) et en 2013, sa mise en œuvre avec des intentions de financement. « Concernant la mise en ?uvre du PNIA, sur 2040 milliards FCFA attendus, 740 milliards FCFA ont été mobilisés et les investissements lancés. Soit 30% de l’objectif. Dans cette part, 511 milliards FCFA proviennent de l’Etat et des Partenaires techniques et financiers, à travers des projets structurants et des investissements dans des infrastructures agricoles », a relevé Sangafowa Coulibaly. Qui a révélé qu’entre 2012 et 2013, il a été enregistrée une hausse de 6% dans la production vivrière, la faisant passer de 12 millions à 13 millions de tonnes. Avant de rappeler qu’en 2010, l’on était à 10 millions de tonnes de production vivrière. Selon lui, c’est une performance considérable qui a permis, l’année dernière, de distribuer 3000 milliards de FCFA aux petits producteurs. Et ce sont 1117 milliards FCFA qui ont été distribués aux producteurs de café-cacao pour la campagne écoulée. Quant aux 234 milliards FCFA d’investissement faits par le secteur privé, ils permettront de générer, à terme, 600.000 emplois. Le ministre de l’Agriculture a souligné que le secteur rizicole bénéficie d’une Stratégie nationale de développement riz (Sndr). Ce qui a fait passer la production de 500.000 tonnes en 2011 à 984.000 tonnes en 2012 et 1.150.000 tonnes de riz blanchi en 2013. Précisant par ailleurs que pour la gouvernance du secteur agricole, après le café-cacao, c’est la reforme de l’anacarde et du coton qui a été enclenchée. « Cette année, en plus des investissements prévus par l’Etat, avec l’appui des Partenaires techniques et financiers, l’accent sera mis sur la coopération internationale entre institutions étatiques et aussi entre structures privées », a ajouté le ministre Coulibaly. Qui a également évoqué la mise en œuvre de la loi sur le foncier agricole qui a connu en 2013, une prorogation de 10 ans. Et cette année, il s’agira de la codification du secteur agricole après l’élaboration et l’adoption d’une loi qui sera prise à cet effet à l’assemblée nationale. Peu avant, Mireille M’Bahia, chef de cabinet au ministère de l’Agriculture et porte-parole des agents a salué les actions du ministre et souhaité une fructueuse année au secteur agricole. Au nom des récipiendaires, Salif Traoré s’est réjoui de cette distinction qui consacre officiellement leur mérite. Au total, 72 agents ayant passé au moins 15 années dans la famille agricole ont été honorés. A savoir : 21 Commandeurs dans l’Ordre du mérite agricole, 35 Officiers et 16 Chevaliers.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 11:42

Société

Vers la création, à Abidjan, d’un centre de formation de conducteurs d’engins de génie civil

Publié le vendredi 7 fevrier 2014  |   





Comment

 Vos outils

 


Le gouverneur du district d’Abidjan, Beugré Mambé, a annoncé, jeudi, la création d’un centre de formation de conducteurs d’engins de génie civil à Abidjan, afin de pallier le manque d’infrastructures de formation destinées à l’apprentissage de la conduite de ce type d’engins, indique un communiqué du District parvenu à l’AIP.

Le district d’Abidjan qui voulait recruter des conducteurs d’engins de génie civil n’a reçu qu’un seul postulant après deux années d’appel à candidature, a déploré Beugré Mambé, ajoutant que "les nombreux accidents sur les chantiers sont dus à la modernisation des engins de génie civil, de sorte que l’adaptation de ceux qui les conduisent n’est pas évidente".

Pour pallier ce déficit, le gouverneur Mambé a noué un partenariat avec une entreprise française "Acreos", spécialisée dans la conception et le développement des plateformes de simulation pédagogiques pour l’apprentissage de la conduite d’engins de génie civil.

Le directeur général de cette entreprise, Franck Baehr, a fait une démonstration d’apprentissage de la conduite de ces types d’engins, à partir d’une console, sous le regard de plusieurs responsables d’auto-écoles, note le document.

"Acreos" est une société française créée en 2007, qui propose des solutions modernes et innovantes pour répondre aux besoins des secteurs de la formation, du contrôle et de l’assistance, réalise des outils pédagogiques pour les organismes de formation, conclut le communiqué.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 11:42

Société

Vers la création, à Abidjan, d’un centre de formation de conducteurs d’engins de génie civil

Publié le vendredi 7 fevrier 2014  |   





Comment

 Vos outils

 


Le gouverneur du district d’Abidjan, Beugré Mambé, a annoncé, jeudi, la création d’un centre de formation de conducteurs d’engins de génie civil à Abidjan, afin de pallier le manque d’infrastructures de formation destinées à l’apprentissage de la conduite de ce type d’engins, indique un communiqué du District parvenu à l’AIP.

Le district d’Abidjan qui voulait recruter des conducteurs d’engins de génie civil n’a reçu qu’un seul postulant après deux années d’appel à candidature, a déploré Beugré Mambé, ajoutant que "les nombreux accidents sur les chantiers sont dus à la modernisation des engins de génie civil, de sorte que l’adaptation de ceux qui les conduisent n’est pas évidente".

Pour pallier ce déficit, le gouverneur Mambé a noué un partenariat avec une entreprise française "Acreos", spécialisée dans la conception et le développement des plateformes de simulation pédagogiques pour l’apprentissage de la conduite d’engins de génie civil.

Le directeur général de cette entreprise, Franck Baehr, a fait une démonstration d’apprentissage de la conduite de ces types d’engins, à partir d’une console, sous le regard de plusieurs responsables d’auto-écoles, note le document.

"Acreos" est une société française créée en 2007, qui propose des solutions modernes et innovantes pour répondre aux besoins des secteurs de la formation, du contrôle et de l’assistance, réalise des outils pédagogiques pour les organismes de formation, conclut le communiqué.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 11:39

 

 

 

 

     
 
Communiqués
 
     
Déclaration du porte-parole de Catherine Ashton, Haute Représentante de l’UE, sur les élections présidentielles et législatives à Madagascar

     

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 7 février 2014/African Press Organization (APO)/ — Le porte-parole de Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission, a fait ce jour la déclaration suivante :

"La Haute Représentante salue la proclamation des résultats des élections législatives par la Cour électorale spéciale de Madagascar. Elle réitère ses félicitations au peuple malgache, au Président et aux députés élus ainsi qu’à toutes les autorités et parties prenantes dans le processus électoral qui vient de s’achever.

La Haute Représentante partage l’évaluation finale de la Mission d’observation électorale de l’UE et se réjouit de la tenue d’élections présidentielles et législatives crédibles, malgré certaines insuffisances qui devront être améliorées lors des futurs processus électoraux.

La Haute Représentante réitère le soutien de l’UE à Madagascar et à son Président dans cette nouvelle page qui s’ouvre pour le pays. Elle exprime le souhait que la nouvelle Assemblée Nationale soit promptement mise en place, que le Premier Ministre soit nommé et que le nouveau Gouvernement soit rapidement formé afin d’achever le retour à l’ordre constitutionnel.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 11:34

eroun - Assassinat de la secrétaire de Marafa : Martin Mbarga Nguelé (Le DGSN) reçoit Maeva Soppo, la fille de la défunte :: CAMEROON

Cameroun - Assassinat de la secrétaire de Marafa : Martin Mbarga Nguelé (Le DGSN) reçoit Maeva Soppo, la fille de la défunte::CameroonMartin Mbarga Nguelé a rassuré la jeune fille de ce que la police met tout en œuvre pour retrouver les assassins de Christiane Soppo, sa mère.
 
La rencontre a eu lieu le 28 janvier dernier, deux jours après la découverte du corps sans vie de Christiane Soppo Mbango. Ce mardi-là, Maeva qui est installée chez un de ses oncles à Yaoundé se rend sur les lieux du crime, au domicile de sa maman, puis, à la direction régionale de la Police judiciaire du Centre (Drpj). Là-bas, deux amies de sa défunte mère sont entendues par les enquêteurs. Ce même jour, après cette audition, l'officier de police Ndjock qui coordonne l'enquête lui apprend que le patron de la police, le délégué général à la Sûreté nationale (Dgsn), Martin Mbarga Nguélé, souhaite la rencontrer.

Maeva qui se trouvait à ce moment-là en compagnie de son fiancé s'y rend avec lui. Ils sont accompagnés par l'officier de police Ndjock qui les introduit auprès du Dgsn. L'entretien se passe à quatre au cabinet du Dgsn. Mbarga Nguélé prend un ton paternel. Maeva a 26 ans. Ça a tout l'air d'une conversation entre un grand-père et sa petite fille. 

Après lui avoir adressé ses condoléances, Mbarga Nguelé prie «gentiment» la jeune Maeva «de ne pas politiser cette affaire» et de ne pas prêter une grande attention à tout ce qui peut se lire autour du décès de sa maman. Il essaie surtout de la persuader de ce que la police fera tout ce qui est en son pouvoir pour mettre la main sur les personnes qui ont assassiné sa mère. 

L'audience avec le Dgsn met une vingtaine de minutes. Et Maeva, la fille unique de Christiane Soppo, retourne à ses occupations. Le Jour a appris que les enquêteurs qui travaillent sur cette affaire ont été enjoints de faire des rapports chaque jour qu'ils transmettent à leur hiérarchie.

Pauvre Maeva

Malgré la grande complicité qu'elle avait avec sa mère, Maeva qui vit en Belgique depuis six ans, ne connaissait pas grand-chose du travail de sa maman. «La pauvre Maeva, elle est un peu perdue avec tout ce qu'elle entend», témoigne un de ses oncles. En effet, depuis un moment, les séjours de Maeva au Cameroun étaient longuement négociés avec sa mère qui ne voulait plus tant que sa fille vienne au pays. Christiane Soppo préférait se rendre à Bruxelles où elle allait régulièrement voir sa fille. 

Avant sa mort d'ailleurs, Christiane Soppo qui ne savait pas que sa fille allait venir au Cameroun (c'était une surprise), préparait un déplacement pour Bruxelles. Le voyage était prévu le mardi où Maeva a été reçue par le Dgsn. En lui faisant la surprise, Maeva comptait en fait rentrer avec sa mère ce jour-là. Ce voyage n'aura jamais lieu.

Christiane Soppo Mbango, secrétaire particulière de Marafa pendant près de 25 ans, a brutalement été arrachée à la vie le 24 janvier dernier. Depuis lors, son ordinateur portable, son passeport et son bloc note ont disparu. Toutefois, les bijoux qu'elle portait au moment du crime ne lui ont pas été retirés. A ce jour, la police n'a toujours pas remis le corps de Christiane Soppo Mbango à sa famille. De ce fait, la date des obsèques n'est pas encore arrêtée.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 11:31

cameroun:Disparition de Tchamba Ngassam Melvin, 34 mois déjà sans nouvelle ! :: CAMEROON

Tchamba Ngassam Melvin:Camer.beAujourd’hui 08 février 2014, cela fait exactement trente quatre mois (34) que notre collègue et frère a disparu au Congo Brazzaville au cours d’une mission de travail. Il travaillait à Geospatial Technology Group Congo (GTG Congo). Merci d’avoir une pensée pour ce collègue porté disparu.Le Collectif Retrouvez Tchamba Ngassam Melvin (CRTNM) continue à travailler dans l’ombre ces derniers mois pour une manifestation de la vérité.

A cet effet, la police judicaire, Interpol Cameroun, la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) travaillent avec le CRTNM. Comme vous le savez, nous avions ouvert un dossier chez Me Ndong Christopher Nveh, il poursuit ses investigations. La Police Judiciare (PJ) doit auditionner les nommés Elvis Tetuh et Wankeu Nyamsi Achille dans les prochains jours.

Elvis Tetuh est celui là qui a dormi dans la même chambre et même lit avec Tchamba Ngassam Melvin pour sa dernière nuit à Zanaga. Il travaille actuellement à la réserve de Deng Deng (non loin de Balabo).

Refusant de venir se faire auditionner à Yaoundé (il argue qu’il n’a pas l’argent de transport), et la PJ n’ayant pas un mandat d’arrêt contre lui pour le moment, ne saurait le contraindre à venir sur Yaoundé.

Les enquêteurs de la PJ sont donc obligés de monter sur Deng Deng l’auditionner. Mais, les choses traînent depuis décembre pour cette audition. Les enquêteurs suggèrent donc au CRTNM de financer cette mission d’audition, car au niveau de leur hiérarchie, les choses vont continuer à traîner. Or, les fonds du CRTNM sont épuisés avec les autres multiples démarches.

Quand à Wakeu Nyamsi Achille, il est celui là qui est allé en justice demandé le certificat de décès de Tchamba Ngassam Melvin une dizaine de jours seulement après sa disparition. Son audition aura lieu après la fête de la jeunesse.

Si vous avez une suggestion, merci de contacter le CRTNM.

Email : raphael.ndzana@gmail.com
        ndzanaabanda@yahoo.fr

Tel: 00237 78 42 74 16

Nous allons clore la pétition le 8 avril 2014. Pour ceux qui ne l’ont pas encore signé, vous pouvez le faire. Cela ne prend que trente secondes. N’oubliez pas de la partager à vos contacts. Le lien est en dessous

http://www.avaaz.org/fr/petition/Pour_une_reprise_des_enquetes_au_Congo_Brazzaville_afin_de_retrouver_lIngenieur_forestier_Camerounais_Tchamba_Ngassam_M/?launch

© Correspondance : Dr Raphaël Ndzana Abanda,Coordonnateur du Collectif Retrouvez Tchamba Ngassam Melvin
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 11:30

    Portugal-Cameroun : Wébo incertain, Kana-Biyik forfait

     

    Mauvaise nouvelle pour les Lions Indomptables ! Achille Wébo pourrait être forfait pour le match amical international, qui va opposer le Cameroun au Portugal, le 5 mars prochain. L’attaquant international camerounais de Fenerbhaçe s’est blessé samedi, lors de la 19e journée du championnat turc face au club de l’Eskişehirspor (1-2).

     
     

    Remplacé à la 38e minute de cette rencontre, Achille Wébo pourrait être indisponible trois à quatre semaines, selon l’encadrement technique du club.

    Du coup, la présence d’Achille Wébo (32 ans) au Portugal, le 5 mars prochain est incertaine. Le Lion Indomptable pourrait en effet manquer la première phase de la préparation de la sélection nationale fanion, pour la Coupe du monde de Brésil 2014. Ce sera en tout cas un véritable coup dur pour l’attaquant camerounais, qui n’a de cesse de démontrer sa volonté de défendre les couleurs du Cameroun à Rio de Janeiro.

    Six semaines pour Kana-Biyik

    Contrairement à Achille Wébo et à Stéphane Mbia, lui-aussi blessé, le verdict est un peu plus lourd pour l’international défenseur camerounais de Rennes, Jean-Armel Kana-Biyik. Blessé lors de la 22e journée de Ligue 1 française contre l’As Monaco, le Lion Indomptable souffre d’une « déchirure musculaire à la cuisse gauche », selon des informations contenues sur le site officiel du Stade Rennais, et devrait être indisponible pour six semaines. Et selon toute vraisemblance, Jean-Armel Kana-Biyik est parti pour être forfait face au Portugal de Cristiano Ronaldo. Dommage ! Le staff technique des Lions espère en tout cas récupérer ses joueurs de l’infirmerie, le plus tôt possible. Reste plus qu’à leur souhaiter bon rétablissement !


    Repost 0
    Published by EVINA
    commenter cet article