Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:26

























Cameroun - Douala: Une policière échappe à la mort

 

 


 1 Réactions
Une policière a failli se faire tuer dans la soirée de mercredi 1er octobre 2014 au lieu dit  «Carrefour Tonnerre» au quartier Bépanda à Douala.

La dame en tenue voulait intercepter une voiture ayant violé le sens interdit quand le conducteur a foncé tout droit sur elle. Cette dernière a du plonger sur le trottoir pour se sauver. Le conducteur du véhicule a été arrêté quelques mètres plus loin, coincé dans les embouteillages.

Après avoir été sérieusement bastonné, ce  dernier a été menotté et conduit dans les locaux du Commissariat du 7ème arrondissement.

 




 


 

 

 


Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:24

 

 
 
 
 
 
 
 
I
Ghana: Football: Le mode électif ivoirien et togolais préconisé par le président de la GFA
 
Ghana: Football: Le mode électif ivoirien et togolais préconisé par le président de la GFA
 

Kwesi Nyantakyi (ph) jurant sur le Coran devant la Commission d’Enquête

africapress.com– Vendredi 03 octobre 2014– Le système électif mis en place dans certains pays francophones à l’instar de la Cote d’Ivoire Rechercher Cote d’Ivoire et du Togo Rechercher Togo intéresse Kwesi Nyantakyi, le président de la Fédération Rechercher Fédération Ghanéenne de Football (GFA).

En intervenant hier jeudi à Accra Kwesi Nyantakyi Rechercher Kwesi Nyantakyi a souhaité que le système francophone soit adopté par le Ghana dans l’avenir de sorte que le président de la Fédération Rechercher Fédération qui sera élu ait la latitude de designer les membres de son comité et pour bien mener sa politique.

Kwesi Nyantakyi a fait cette suggestion devant la Commission d’Enquête mise en place par le gouvernement ghanéen pour faire la lumière sur la débâcle des Black Stars Rechercher Black Stars au Mondial 2014 au Brésil.

Pour sa proposition, le président de la GFA a fait savoir que dans des pays francophones tels que le Cameroun, le Togo Rechercher Togo et en Côte d'Ivoire « les membres du comité exécutif de la Fédération Rechercher Fédération ne sont pas élus .... Le président constitue une équipe et puis il va à des élections ». Il a précisé que dans les pays cités, si le candidat qui s’est présenté à la présidence de la Fédération Rechercher Fédération est élu, il constitue lui-même le comité devant gérer les affaires sportives.

En expliquant le bien-fondé de sa proposition, Kwesi Nyantakyi Rechercher Kwesi Nyantakyi a souligné qu’en l’état actuel le président de la Fédération Rechercher Fédération pourrait être mis en difficulté à partir du moment où les autres membres du comité exécutif sont élus au même titre que lui.

Des faiblesses de cette situation, il a relevé que le président de la GFA n’a pas un droit de veto dans la prise des décisions.

En se présentant le mardi dernier devant les membres de la Commission d’Enquête pour se prononcer sur des accusations contre lui-même et la GFA, le président de la Fédération Rechercher Fédération ghanéenne a choisi de jurer sur le Coran, une attitude qui a surpris plus d’un.

Le choix de jurer sur le Coran, le livre sacré des musulmans, revient à dire que contrairement aux nombreux ghanéens qui croyaient que Kwesi Nyantakyi Rechercher Kwesi Nyantakyi est un chrétien ou un adepte du culte traditionnel, il est plutôt de la confession musulmane. Cette version est confirmée par Salima, la sœur de Kwesi Nyantakyi Rechercher Kwesi Nyantakyi qui a révélé sur la radio Happy Fm à Accra que le nom musulman de son frère est « Ousamne »

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:22




Cameroun - Yaoundé: Le début du chantier de la Maison des Personnes âgées toujours attendu

 

 

Depuis la pose de la première pierre pour la construction de cet espace en  2011, le terrain situé à Nyom dans l’Arrondissement de Yaoundé 1er a été abandonné dans la broussaille.








Trois ans après la pose de la Première pierre de la construction de la Maison intergénérationnelle  au quartier Nyom dans l’Arrondissement de Yaoundé 1er, les riverains et les principaux bénéficiaires attendent toujours le début des chantiers. «On n'a jamais vu un camion de sable ou des parpaings entrer, le projet est abandonné en brousse», explique un riverain. Catherine Bakang Mbog promet que le projet qui a été plombé par des problèmes de financement reprendra vie très bientôt.

« effectivement, la première pierre a été posée et nous sommes en train de continuer à rechercher la mise en œuvre de cette maison qui se trouve en bonne place dans le guide pour le vieillissement sain et actif. Les premières actions ont été menées et actuellement, nous avons lancé de nouveaux marchés qui ont commencé l’année dernière et qui sont reproduits cette année et qui permettront que ce bâtiment sorte véritablement du sol. Ça peut paraître simple, mais on peut être confronté aux procédures de lancement de marché, aux avis techniques qui font que, malheureusement, contrairement à nos prévisions, cette maison des âges va certainement cette année pousser véritablement du sol et être le cadre, le laboratoire de vieillissement au Cameroun.» Explique le Ministre des Affaires Sociales.


En dehors de ce projet qui bat de l’aile, les personnes du troisième âge du Cameroun, réunies autour de la Mutuelle des Personnes âgées du Cameroun (MUPAC) ont profité de la  célébration de la Journée Mondiale à elles consacrée, le 1er octobre, pour faire part de leurs nombreuses autres difficultés.

«A vous dire vrai, je ne peux pas  affirmer que nos revendications sont prises en compte. Nous réclamons quand même ce qu’on appelle un aménagement, que nous soyons traités. Les personnes handicapées qui sont dans les maisons et qui ne peuvent plus se lever, il faut quand même qu’on les prenne en charge. Ils doivent être quand même entretenus avant de mourir. Nous réclamons la pension de la vieillesse à haute et intelligible voix… » Indique De Banville Mbeleck, membre du bureau Directeur de la Mutuelle.

Sarah Kala Lobe, présidente de la Mupac, regrette le manque de concertation des autorités dans la prise des décisions concernant les personnes âgées. «Les autorités veulent  prendre en compte nos revendications mais les mener à leur façon. Nous avons besoin d’un encadrement sanitaire, on nous parle de la construction d’une maison intergénérationnelle à Yaoundé, où les personnes âgées viendront se distraire et se relaxer. Ça nous amène où ?» S’interroge la dirigeante de la Mutuelle qui appelle les autorités à plus d’actions en faveur des personnes du troisième âge.

 




 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:17

 

Logo Koaci
 
 
INFOS
 
KOACINAUTE
 
VIDEO
 
MUSIQUE
 
ANNONCES
 
JEUX
 
CONTACT
 
 
 
 
 
 
 
 
Info Koaci
Côte d'Ivoire
Côte d'Ivoire: Fonction Publique,1500 fonctionnaires fictifs démasqués
 
Côte d'Ivoire: Fonction Publique,1500 fonctionnaires fictifs démasqués
Faire découvrir l’Info

 



Cliquez pour Agrandir

Côte d'Ivoire: Fonction Publique,1500 fonctionnaires fictifs démasqués
africapress.com Vendredi 3 Octobre 2014 – Après l’épisode des 3000 fonctionnaires Rechercher fonctionnaires fictifs sous Gnamien Konan, une nouvelle opération de contrôle vient de démasquer 1500 autres, apprends koaci.com, auprès d’une source proche du ministère de la Fonction Publique Rechercher Fonction Publique et de la Réforme Administrative.

Selon notre source, les concernés n’ont jamais été des fonctionnaires, mais se sont procurés des documents « administratifs », pour travailler dans l’administration ivoirienne.

« Ce ne sont d'ailleurs pas des fonctionnaires, car ils ne l’ont jamais été. Seulement ils avaient des documents dits administratifs, qu'ils ont pris pour se donner un statut et travailler avec ça dans les administrations », a expliqué notre interlocuteur, avant d’indiquer qu’un communiqué du ministère est en cours pour clarifier l’opinion national. « Un communiqué sera publié dans ce cas pour éclairer les ivoiriens ».

Le système de contrôle mis en place, par le ministère de la fonction publique, a pour but de démasquer les fonctionnaires Rechercher fonctionnaires fictifs en vue de maitriser la masse salariale.

Les 1500 fonctionnaires Rechercher fonctionnaires démasqués n’auraient pas de diplômes et n’ont jamais passé de concours pour travailler dans l’administration.

L’assainissement de l’administration publique est l’une des priorités du pouvoir Ouattara Rechercher Ouattara depuis son arrivée au pouvoir en 2011.
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:15







Cameroun - Yaoundé: Chantal Biya rend hommage à sa défunte mère

 

 

  

 

 

Le couple présidentiel a déjà, à travers les réseaux sociaux, reçu plusieurs messages de condoléances.
Chantal Biya et sa mere...
Photo: (c) P. R. C.

Chantal Biya a réagi Jeudi sur sa page Facebook dès l’annonce du décès de sa chère maman en Afrique du Sud. «Que ton âme repose en paix Maman. Rien ne pourra jamais te remplacer... », a indiqué la première dame endeuillée. Absente dans les réseaux sociaux depuis le mois d’Avril 2014, Chantal Biya a été tellement touchée par le décès de sa mère qu’elle est revenue sur Facebook Jeudi après plusieurs mois de silence. L’épouse de Paul Biya a également posté une photo de sa maman Rosette-Marie Mboutchouang prise en janvier dernier lors de la cérémonie des vœux à la Première Dame. Le Maire de Bangou qui avait déjà des soucis de santé s’etait rendue au Palais d’Etoudi avec sa canne.

Junior Biya, Le fils de Chantal Biya, qui est toujours présent dans les réseaux sociaux, a également réagi suite à la mort de sa grand-mère en Afrique du Sud. «Les amis j'ai la profonde douleur de vous annoncer le décès de ma grand-mère maternelle survenu ce jour même en Afrique du Sud des suites de maladie. Que son âme repose en paix, mamy tu resteras a jamais gravée dans nos mémoires. RIP», écrit Junior Biya sur sa page Facebook.

Ces messages de Chantal Biya et de son fils Junior ont provoqué plusieurs réactions de leurs amis de Facebook.  «Mes condoléances, c'est tout le Cameroun qui est endeuillé. Que ton âme repose en paix maman», écrit une amie de Chantal Biya.

Publicite

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:14

 

Logo Koaci
 
 
INFOS
 
KOACINAUTE
 
VIDEO
 
MUSIQUE
 
ANNONCES
 
JEUX
 
CONTACT
 
 
 
 
 
 
 
 
Info Koaci
Côte d'Ivoire
Côte d'Ivoire: Can 2015, Convoqué Thomas Touré dit non à Hervé Renard
 
Côte d'Ivoire: Can 2015, Convoqué Thomas Touré dit non à Hervé Renard

Thomas Touré (ph) -

africapress.com Vendredi 3 Octobre 2014 – promu à un bel avenir, l'attaquant des Girondins de Bordeaux, Thomas Touré Rechercher Thomas Touré 1 but et une passe décisive en ligue1 après 7 journée, a décliné la convocation du sélectionneur Hervé renard ,pour la double confrontation contre la RD Congo, à l’occasion des 3è et 4 è journées des éliminatoires de la Can Rechercher Can 2015.

Retenu dans la liste des 29 joueurs, le buteur né à Grasse (France), et âgé de 20 ans veut un temps de réflexion avant de choisir entre son pays adoptif, et la terre de ces ancêtres.

« J’aimerais me laisser un peu de temps pour prendre ma décision », a indiqué Thomas Touré Rechercher Thomas Touré dans un courrier adressé le 1eroctobre 2014 à la Fédération Ivoirienne de Football.

Né le 27 décembre 1993 à Grasse (France) Touré Thomas est un binational ivoiro-espagnol de nationalité française, formé à l’AS Cannes puis à Bordeaux, il évolue cette saison avec les professionnels des Girondins.

« C’est un garçon que je connais depuis pas mal de temps. Je pense qu’on a besoin de trouver des joueurs comme lui pour donner une nouvelle énergie aux Eléphants », a dit Hervé Renard Rechercher Hervé Renard de ce dernier.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:10




Cameroun - Opinion: Abdoulaye Harissou, victime du complot des "anti-comploteurs"

 

 

 

 


 

  

s

Invraisemblable !Aurait affirmé sans sourciller tout observateur non-averti quant à l'existence d'unepolice politique au Cameroun.C'est du passé !n'aurait-il pas manqué d'ajouter. Pourtant, elle est bien là. Maintenue et encouragée par le pouvoir dit du renouveau. Même si celle-ci a su, pendant un bon moment, se montrer discrète et peu encline à des opérations spectaculaires. Mais en cette fin de règne, plus évidente chaque jour, elle a désormais du mal à se calfeutrer dans l'ombre. Tant il lui faut rasséréner les pouvoiristescramponnés aux commandes de la République et qui peinent à envisager un seul instant le moindre changement à la tête de l'Etat.




Invraisemblable !Aurait affirmé sans sourciller tout observateur non-averti quant à l'existence d'unepolice politique au Cameroun.C'est du passé !n'aurait-il pas manqué d'ajouter. Pourtant, elle est bien là. Maintenue et encouragée par le pouvoir dit du renouveau. Même si celle-ci a su, pendant un bon moment, se montrer discrète et peu encline à des opérations spectaculaires. Mais en cette fin de règne, plus évidente chaque jour, elle a désormais du mal à se calfeutrer dans l'ombre. Tant il lui faut rasséréner les pouvoiristescramponnés aux commandes de la République et qui peinent à envisager un seul instant le moindre changement à la tête de l'Etat.
 
Aussi comme au bon vieux temps du père Foch : elle traque, intimide, s'adonne à des écoutes téléphoniques et embastille selon son bon vouloir. Dépendant exclusivement de la présidence de la République, la DGRE (Direction Générale de la Recherche Extérieure) –c'est d'elle qu'il s'agit- ne rend compte à aucun appareil sécuritaire de l'Etat, encore moins à l'institution judiciaire.
 
Dans sa lugubre bâtisse située non loin du Lac à Yaoundé, legs de l'ancienne DIRDOC-CENER où de nombreux militants des libertés et de la démocratie ont subi de pires exactions, le personnel actuel de la DGRE croit avoir modernisé son langage. Il n'utilise plus le qualificatif " Subversif " si prisé par les sbires fochivéens. Les nouveaux maîtres des lieux préfèrent celui de " Comploteur " voire d'"Opposant". Sa clientèle d'il y a quelques temps et que constituaient en grande partie: les militants des droits de l'homme, les radicaux du SDF, de l'UPC et du MANIDEM, semble être passée de mode. Leur attention est focalisée depuis deux ans sur les proches et sympathisants de l'ancien ministre d'Etat Marafa Hamidou Yaya, condamné à vingt cinq ans de prison pour « complicité intellectuelle » dans l'affaire BBJ 2. Spécialement tous ceux dont les particules sont à consonance musulmane. Maître Abdoulaye Harissou en fait partie et se trouve en pôle position dans la fameuse liste dite des Marafistes que les journaux aux ordres ne cessent d'abreuver le public.
 
Notaire à la première charge de Maroua, Maître Harissou qui est l'un des plus anciens encore en activité dans cette profession a contre lui l'inconvénient majeur d'être l'ami intime et le confident du célèbre prisonnier du SED. Aussi, depuis l'arrestation de ce dernier en avril 2012, ne se passait-il pas un jour sans qu'une âme charitable ne l'informe qu'il est dans le viseur des " démineurs " de la DGRE. Son arrestation le 27 août à Maroua dans les services du gouverneur puis son transfert le même jour à Yaoundé dans les locaux de la police politique ne constituent donc pas en soi une grosse surprise pour ses amis et ses proches. Sauf pour les quelques naïfs qui s'imaginaient peut être que ces professionnels en charge de " la découverte des complots " n'iraient pas jusqu'à commettre pareille bourde. Ce qui est mal les connaître. Trouver des " comploteurs " même imaginaires et tenir ainsi en haleine les sécurocrâtes du régime relèvent de leur ADN et d'une logique de survie. Les rallonges budgétaires qui font partie de l'attrait substantiel de leur job en dépendent. Du ridicule, ils n'en ont cure. Convaincus qu'ils détiennent avec eux la force, le droit à l'arbitraire et à l'impunité, ils se fichent du qu'en dira-t-on.
 

Une surveillance assidue depuis deux ans
 
Maître Abdoulaye Harissou se savait suiviEcoutéEpié dans ses faits et gestes par des gens chargés de lui coller aux trousses. Tout cela l'amusait. Parfois le faisait rire aux éclats du fait des comportements souvent burlesques de ses " suiveurs ". Avec son franc parler habituel, son humour caustique qui ne le lâche jamais, Maître, comme l'appellent ses familiers, résumait toujours l'espionnage dont il faisait l'objet avant son arrestation en ces termes : " Ces gens sont bizarres. Ils ne se rendent pas compte que par leur attitude, ils nous font tous comprendre que la peur a changé de camp. Et tous ceux qui essayent de m'intimider pour que je quitte le pays sont les mêmes qui poussaient Marafa à s'exiler. Ce pays nous appartient tous. Si les commanditaires de ces basses œuvres pensent qu'ils vont s'en accaparer, ils se trompent. J'y suis et j'y reste ".
 
Bien que n'ayant jamais partagé les orientations Rdpécistes de son vieil ami, et au-delà de la loyauté –valeur morale très dépréciée de nos jours au Cameroun- qu'il n'a cesse de lui témoigner, Me Harissou a toujours été convaincu de l'innocence de l'ex Minatd. Au point qu'il ne s'est jamais gêné de le dire haut et fort tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Notamment à tous les forums et sommets de la Francophonie et de l'Union Africaine dans lesquels il est constamment convié vu son expertise du foncier en Afrique ; une expertise reconnue et appréciée que lui confèrent ses écrits et ses ouvrages dans ce domaine et dont l'un a été préfacé par Jacques Chirac.
 
Est-ce le délit d'amitié qui vaut aujourd'hui à Me Abdoulaye Harissou d'être embastillé par lettre de cachet dans les geôles de la DGRE ? A priori on serait tenté de le croire. Mais le timing de son arrestation obéissait à d'autres motivations. Celles qui devaient faire de l'ex Ministre d'Etat Marafa hamidou Yaya le cerveau d'un pseudo complot- rébellion dans le grand Nord avec son ami notaire comme bras séculier. Pour conforter cette thèse auprès d'un public devenu amateur du sensationnel, il fallait diaboliser Me Harissou qui, selon le porte parole du gouvernement, l'intarissable ministre Issa Tchiroma, " est entendu pour des activités et contacts présumés avec des groupes armées centrafricains dont certains sont responsables d'attaques contre le Cameroun ". La manipulation de l'opinion ne s'en est d'ailleurs pas tenue là. C'est ainsi qu'une rumeur savamment distillée auprès de certains militants des droits de l'homme et quelques journalistes bien ciblés laisse subodorer que la DGRE disposerait des bandes d'écoute qui prouvent la réalité des contacts établis avec des membres de la Seleka par Me Harissou et M. Abdoulaye Sidiki, président du micro parti MPSC (Mouvement Patriotique du Salut Camerounais).
 
La manipulation s'avère grossière et difficilement crédible. Au moins pour deux raisons. D'abord parce qu'en quatre semaines d'embastillement Me Harissou n 'avait toujours pas été entendu contrairement aux propos tenus par le ministre de la Com., alors que la gravité des faits présumés qui lui seraient reprochés mériterait qu'il s'explique. Ensuite, c'est prendre des vessies pour des lanternes que de vouloir faire croire un seul instant qu'un homme aussi avisé que Me Harissou dont la profession implique le secret et qui se sait par ailleurs écouté depuis deux ans par les « grandes oreilles de la DGRE » puisse se livrer à de tels contacts par voie téléphonique.


Le faux complot des élites du septentrion
 
En vérité, la grande opération de manipulation à laquelle l'arrestation de Me Harissou aurait du servir de prétexte reposait sur une prétendue collusion Séléka-Boko Haram- Elites du Nord pour rendre crédible auprès de l'opinion l'idée d'une Rébellion armée dans le septentrion. Les propos irresponsables du président de l'assemblée, M. Cavaye Yeguie, selon lesquels " Boko Haram est parmi nous, Boko Haram est avec nous " y ont ouvert la voie et autorisé toutes sortes d'allégations. Mieux : ils donnèrent l'occasion aux sécurocrates du régime de saisir la balle au bond et d'envisager une chasse aux sorcières pour en découdre une fois pour toute avec M. Marafa que le gouvernement américain persiste à considérer comme un prisonnier politique. Transformer l'ancien ministre d'Etat en allié objectif de Boko Haram et de la Séléka ne date d'ailleurs pas d'aujourd'hui.
 
Deux mois avant qu'il ne soit arrêté, son retour triomphal à Garoua avait suscité la publication dans deux journaux privés proches des allées du pouvoir d'un curieux rapport qu''ils affirmaient émaner de la DGRE. Et selon ledit rapport, l'ancien ministre d'Etat se serait constitué une armée de 6000 hommes parmi lesquels se trouvaient pèle mêle : des membres de Boko Haram, des rebelles tchadiens et centrafricains, des coupeurs de route, etc. Plus récemment encore le journal La nouvelle Presse, dans une prétendue interview d'un seigneur de guerre tchadien nommé Baba Ladde, actuellement préfet au Tchad, écrivait sans la moindre vergogne que selon ce Monsieur, " M. Marafa ne lui aurait pas versé tout l'argent pour empêcher la tenue des dernières élections ". Une opération de broyage politique du détenu du SED qui atteindra son summum avec l'article téléguidé de Mme Pigeaud publié dans Médiapart il y a deux mois. Un article qui désignait nommément M. Marafa Hamidou Yaya comme étant l'homme lige de cette rébellion imaginaire. C'est dire à quel point, du fond de sa cellule, l'ancien ministre d'Etat obsède toujours au quotidien les vampires du régime.
 
Tous les ingrédients censés conforter la thèse d'une rébellion armée pro-Marafa se mettaient ainsi progressivement en place. Seulement voilà ! N'eut été la motion explosive de soutien à Paul Biya écrit avec une légèreté politique déconcertante au nom de la Lékié par un membre du gouvernement, le ministre Eyébé Ayissi, soutenu par des mains invisibles, la machine ne se serait sans doute pas grippée aussi vite. Face au tollé général que souleva ladite motion, et tout particulièrement parmi les ressortissants du département de la Lékié, les acteurs de cette opération machiavélique dont la prose de M. Eyébé fut pour servir de base à d'autres " motionneurs " de même acabit durent battre en retraite toute honte bue. Même Mme Foning, si prompte à relayer toute motion en faveur du président national de son parti, a vite flairé le piège au point de s'emmurer dans un silence inhabituel. Le Lékié's man et ses commanditaires se sont par conséquent retrouvés gros jean comme devant. Contraignant de la sorte les trois ou quatre autres motions de soutien programmées et qui virent jour par la suite à ne plus devoir embrayer sur la stigmatisation des élites du Nord. Sans doute revues et corrigées à la vitesse grand V, elles se contentèrent de ressortir les litanies et flagorneries habituelles assorties cette fois de la sauce Boko Haram et de la nécessité d'une unité nationale pour y faire face. Bref des motions qui se sont révélées sans grand objet vu l'unanimité des Camerounais contre Boko Haram.
 
Dès lors, la question qu'il convient de se poser est simple. À quoi peut encore servir le maintien en détention arbitraire de Me Abdoulaye Harissou ? Le complot grotesque des " anti-comploteurs " ayant été éventé et mis à nu. Donc plus rien, même plus l'ombre d'un doute, ne saurait au besoin justifier son internement abusif dans les locaux de la DGRE. À moins que certains irrédentistes ne tiennent à glisser un caillou supplémentaire dans la chaussure du président de la République. Les auteurs de cette forfaiture auront beau bassiner le public de rumeurs aussi fantaisistes les unes les autres sur son implication dans un supposé complot tendant à renverser le régime par les armes, plus personne n'oserait y croire. Les soupçons de déstabilisation qui pendaient jadis sur la tête des " Nordistes " et qui trouvaient un écho favorable dans le grand Sud suite au conflit Ahidjo-Biya ont fait long feu. Trente deux longues années du pouvoir RDPC avec le président Paul Biya ont fait leur œuvre.Et elles sont à l'origine de la lassitude générale qui prévaut dans le pays. Du Sud au Nord, de l'Ouest à l'Est de notre triangle national, les Camerounais ne scrutent plus que l'avenir. Ils sont préoccupés par le devenir meilleur de leur société et se refusent à toutes manipulations politiques qui n'ont pour seul objet que le maintien du statu quo.
 

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:08

 

 

  • Ligue 1 - 33ème journée : buts, buteurs et classements

Ligue 1 - Avant match

Ligue 1 - 33ème journée : buts, buteurs et classements

 

À quelques heures du début de la 33e journée du championnat national de football, nous vous proposons le classement de nos meilleurs artificiers. Ceux là qui font vibrer les fillets pour le plus grand bonheur des spectateurs.

 
 
commentaires

Cinq rencontres vont faire parler d’elles. Des chocs et des espoirs de dénouement qui vont peser sur les épaules dur les principaux buteurs de la Ligue 1 camerounaise.

  • New stars et Bamboutos pour le Top match à Douala
  • Apejes - Coton sport : « l’autre grand match »
  • Renaissance - Unisport : choc des extrêmes
  • Panthère - Dac : le match de « la paix » à Bangangté

Classement des buteurs en Ligue 1

  1. Grégoire Nkama (Panthère du Ndé) 15 buts
  2. Madola (Cosmos de Bafia) 10 buts
  3. Rostand Kako (Coton sport de Garoua) 10 buts
  4. Tchuameni (Unisport de Bafang) 10 buts
  5. Kamilou (Coton sport de Garoua) 08 buts

Classement des buteurs en Ligue 2

  1. Dikwa Lega (Panthere Security) 20 buts
  2. Boyomo (Feutcheu Fc) 17 buts
  3. Ngombe Mbengue (Dynamo de Douala) 15 buts
  4. Ngheah (Aigle royal de la Menoua) 15 buts
  5. Poungoue (Lion Blessé de Fotouni) 15 buts
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 17:02

Le Cacao Mercedes a permis à la Côte d’Ivoire d’atteindre une production record en 2014 (DG CNRA)

Cnra
Comment



 


Le cacao Mercedes, une nouvelle variété mise au point par le Centre national de recherche agronomique (CNRA)a permis à la Côte d’Ivoire d’atteindre une production record de plus de 1,7 million de tonnes, a révélé à APA, Dr Wongbé Yté, Directeur général de ce Centre.

« Depuis le début, le cacao produisait après 6 ans. Aujourd’hui nous avons fait en sorte que le cacao produise après 18 mois seulement », a expliqué Dr Yté dans un entretien à APA à la faveur de la première édition des Journées nationales du cacao et du chocolat (JNCC) qui se tient du 2 au 3 octobre dans la capitale économique ivoirienne.

« Ce sont les producteurs eux-mêmes qui, vu cette précocité, ont nommé ce cacao, +cacao Mercedes+ », a-t-il précisé, ajoutant que « nous avons tenu compte du désidérata des usiniers du cacao pour que nous ayons des fèves beaucoup plus grosses ».

« Aujourd’hui, non seulement ce sont des fèves plus grosses, mais le cacao produit plus vite et a une productivité en station de 3 tonnes/hectare, mais chez les paysans nous pouvons aller jusqu’à une tonne et demi/hectare », a poursuivi le Directeur général du CNRA.

« Le Premier ministre (Daniel Kablan Duncan) a dit que la production du cacao en Côte d’Ivoire est aujourd’hui, 1,715 million de tonnes. En 2012-2013 c’était 1,4 million tonnes. Donc les 300 000 tonnes sont dues à ce cacao Mercedes, parce que nous avons justement mis à la disposition des paysans ce cacao qui, aujourd’hui, est en train de remplacer l’ancien cacao ».

Leader mondial du cacao, la Côte d’Ivoire a atteint une production record de plus de 1,7 million de tonne en 2014. Pour la campagne de commercialisation 2013-2014, le cumul des achats de cacao déclarés s’établit à 1 745 515 tonnes, un record jamais atteint.

La filière emploie 800 000 producteurs et fait vivre directement ou indirectement plus de huit millions de personnes. Le cacao représente 15% du Produit intérieur brut (PIB) et 40% des produits d’exportation du pays. Le prix d’achat du kilogramme du cacao bord champ a été fixé, mercredi, par le gouvernement à 850 FCFA/kg.




 
© Ministères par FN
Cnra : le Directeur général, Dr Yté Wongbé se prononce sur le rôle de l`institution face au défi de l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020
Mardi 6 novembre 2012. Abidjan. Centre national de recherche agronomique (Cnra). Le Directeur général, Dr Yté Wongbé anime un point de presse sur le rôle de l`institution face au défi de l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 09:37

 

Logo Koaci
 
 
INFOS
 
KOACINAUTE
 
VIDEO
 
MUSIQUE
 
ANNONCES
 
JEUX
 
CONTACT
 
 
 
 
 
 
 
 
Info Koaci
Cameroun
Cameroun: Le Blue bus de Bolloré africa logistics dépasse la barre de 200 000 passagers
 
Cameroun: Le Blue bus de Bolloré africa logistics dépasse la barre de 200 000 passagers

Cliquez pour Agrandir
Cameroun: Le Blue bus de Bolloré africa logistics dépasse la barre de 200 000 passagers
africapress.com – Vendredi 3 Octobre 2014- Bolloré Africa Logistics, leader de la logistique intégrée au Cameroun et promoteur de la 1ère ligne de bus 100 % électriques en Afrique centrale, a célébré à l’occasion d’une journée porte ouverte à l’Université de Ngoa-Ekelle, le franchissement de la barre de 200 000 passagers, a appris koaci.com.

Du 08 mai au 24 septembre 2014, les deux Blue bus mis officiellement en service le 02 mai 2014 par Messieurs Philémon Yang, Premier ministre camerounais et Dominique Lafont Président de Bolloré Africa Logistics, ont assuré 2877 rotations pour un total de 202 492 passagers transportés. Par ailleurs, les 02 Blue bus de l’Université de Yaoundé 1 ont transporté en moyenne 70 passagers par rotation et parcouru 13.845 Km.

Entièrement financé par Bolloré Africa Logistics Rechercher Bolloré Africa Logistics à hauteur d’1,4 milliards de francs Cfa, le projet des Blue bus marque un tournant dans l’exploitation des énergies renouvelables au Cameroun. Car, ils utilisent l’énergie solaire et respecte l’environnement.

Lors de la journée porte ouverte, les étudiants ont pu découvrir la batterie LMP mise au point par le groupe Bolloré et qui permet qui alimente le blue bus.

C’était donc la satisfaction tant du côté des étudiants que des enseignants. Morceaux choisis de quelques étudiants qui ont visité l’atelier Blue bus solutions.

Nyebele Arielle, 4ème année génie mécanique, « ce qui m’a motivé, c’est d’abord la notoriété du groupe Bolloré en question de nouvelles technologies et énergie solaire, puis avoir une connaissance de l’exploitation de l’énergie solaire. On a déjà eu à étudier l’énergie solaire à l’école, donc les principes de base, on les connait déjà. Mais j’ai beaucoup apprécié de pouvoir assister à une exploitation concrète de l’énergie solaire au Cameroun. C’est un coup de chapeau que nous tirons au Groupe Bolloré qui nous permet d’avoir des applications de l’énergie solaire. On a le loisir de le juger directement grâce aux blue bus Rechercher blue bus qui facilitent nos déplacements.»

Ndongo Cédric Fénelon, président de l’Association des étudiants de l’école polytechnique de Yaoundé, «Sur l’aspect énergétique, on a fait un tour aux alentours, puis nous sommes tombés sur Bolloré qui propose bien des solutions d’énergie renouvelables, des solutions d’énergie verte. Voilà les motivations qui nous ont poussés à considérer Bolloré, à faire une demande à Bolloré par rapport à un partenariat. A l’issue de cette visite, les élèves ingénieurs que nous sommes, vont repartir beaucoup plus édifiés, parce qu’à l’école on nous fait déjà des cours sur les énergies renouvelables.»

Kum kumbong landy, 4è année, Polytech

« Cette visite m’a permis de comprendre comment le bus fonctionne. J’ai aussi retenu la manière avec laquelle l’énergie quitte des panneaux solaires pour arriver dans le poste de stockage. Je comprends maintenant les applications physiques, parce que l’enseignement en classe, ce n’est toujours pas pratique. Par exemple, je ne croyais pas que les bus puissent utiliser l’énergie solaire. Maintenant je comprends qu’on peut faire beaucoup de choses avec l’énergie solaire. En cela, on est heureux d’avoir visité ce site des Blue bus. »

Le succès du mode de transport écologique, des étudiants et enseignants à l’Université de Yaoundé I, est une réalité mise sur pied par Bolloré Africa Logistics.
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article