Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:55
 
 
 
 
 
 
 
RDC: Manifestants tués, la police a «dérapé» selon le président de l'Assemblée nationale
 
RDC: Manifestants tués, la police a «dérapé» selon le président de l'Assemblée nationale

Manifestations en RDC Rechercher RDC (ph)-

africapress.com- Mardi 27 Janvier 2015- Le Président de l’assemblée nationale, Aubin Minaku Rechercher Aubin Minaku a reconnu samedi que la police a dérapé lors des manifestations contre le projet de loi en RDC Rechercher RDC .

La police a violemment réprimé une manifestation contre le projet de révision de la loi électorale , principalement à Kinshasa faisant 42 morts selon la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) et 13 selon le gouvernement .

Le Président de l’assemblée nationale, Aubin Minaku Rechercher Aubin Minaku a reconnu sur Twitter samedi un "dérapage" de la police qui a tiré dans la foule à Kinshasa durant les violences meurtrières .

Ce projet de loi, qui avait été adopté samedi 17 janvier par l'Assemblée nationale, liait la tenue de la prochaine élection présidentielle à la réalisation d'un recensement.

Par ailleurs, des observateurs avaient indiqué mardi que Christopher Ngoyi, le président de l'organisation de défense des droits humains Synergie Congo Culture et Développement, est détenu par les services de renseignement congolais mais le lieu de sa détention n'a pas été divulgué.

Christopher Ngoyi était engagé dans la mobilisation en vue des manifestations contre les propositions de modifications du projet de loi électorale dans la capitale, Kinshasa.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:52

 

Can Orange 2015: Hervé Renard: «Pourquoi je suis confiant contre le Cameroun»
 
Can Orange 2015: Hervé Renard: «Pourquoi je suis confiant contre le Cameroun»
 

Hervé Renard (ph)  -


africapress.com Mardi 27 Janvier 2015- A 24 heures du match décisif contre le Cameroun Rechercher Cameroun comptant pour le dernier match de groupe des éléphants, Hervé Renard Rechercher Hervé Renard se dit confiant.

La sérénité qu’afficherait ses joueurs depuis le début du tournoi, leurs réactions face à Mali et la Guinée sont autant de points qui lui permettraient, selon lui à garder la foi pour une victoire face aux lions indomptables.

« La sérénité des joueurs, leur implication depuis le début du tournoi dans le travail, la réaction après la mauvaise première période des deux premiers matches. Dans une compétition comme une Coupe d'Afrique, l'important c'est de monter en puissance petit à petit, et de ne pas faire le contraire: démarrer très très fort et s'épuiser au fil des minutes. On finit très très bien les matches, donc il n'y a pas de raison que ça ne se passe pas bien sur le 3e match », a indiqué le technicien ce mardi à l’Agence France Presse (AFP), avant de souligner que c’est ce genre de matchs dont tout le monde raffole.

« La rigueur sera de mise. C'est le genre de matches dont on raffole tous. »

Revenant sur la double confrontation contre le Cameroun Rechercher Cameroun (1-4 ; 0-0) lors des éliminatoires de ladite CAN, le sélectionneur ivoirien a indiqué que ses joueurs étaient loin de leur forme suite à la déconvenue du mondial Brésilien.

« On s'était fait étriller à Yaoundé. Tout le monde sait que le Cameroun Rechercher Cameroun est un très grand pays de football en Afrique, mais en septembre, quand on a joué à Yaoundé, c'était après la Coupe du monde, beaucoup de joueurs n'avaient pas encore rejoué dans leurs clubs, le moral était bas, après avoir manqué la qualification pour les 8e de finale pour 32 secondes. Les joueurs étaient très affectés. Au retour, on avait fait un bon match, on avait touché la barre et on avait dominé à dix contre onze. Entre les deux matches, de nouveaux joueurs sont arrivés, la sérénité est revenue », a rassuré Hervé Renard.

La Côte d’Ivoire joue sa qualification pour les quarts de finale de cette 30è édition de la CAN mercredi sur le coup de 19H GMT (18 heures d’Abidjan).

Notons que, en cas d’égalité parfaite entre les quatre pays de la poule D, un tirage au sort effectué par la commission d’organisation de la compétition désignera les deux qualifiés pour le second tour.
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:51
Une séquence de l’atelier de relecture des projets de textes de ce 27 janvier 2015
Photo: (c) KCM


Peut-on continuer à avancer vers l’émergence alors que les deux principales communautés économiques en Afrique Centrale se marchent littéralement sur les pieds ?

Assurément, l’atelier organisé ce mardi dans un grand hôtel de la capitale camerounaise venait à point nommé pour souligner le besoin de rationalisation des communautés économiques en Afrique Centrale.

Les travaux présidés par le ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat) Emmanuel Nganou Djoumessi (en sa qualité de président du Comité de pilotage de la rationalisation des communautés économiques en Afrique Centrale – Copil-Cer) rentraient dans le cadre de la mise en œuvre du mandat que le Cameroun a reçu de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de  la CEEAC.

En présence des représentants de la CEEAC, de la CEMAC et du Bureau Sous régional Afrique centrale de la Commission Economique des Nations Unies, il s’est agi d’évaluer l’enquête de terrain réalisée par le Cabinet Agora Consulting aux sièges de la CEMAC et de la CEEAC, ainsi qu’au Burundi, au Cameroun et en République démocratique du Congo.

Les experts sont ainsi revenus sur la deuxième réunion du Copil-Cer du mois de février 2013 à Yaoundé, au cours de laquelle cinq domaines de rationalisation avaient été validés, à savoir : les questions commerciales, la libre circulation des personnes, es questions sécuritaires, la mise en place d’un cadre de coordination entre la CEEAC et la CEMAC, les mécanismes de financement.

Autant de pistes de réflexion explorées au cours de cet atelier de relecture des projets harmonisés élaborés par le CamerounUn atelier de relecture des projets de textes élaborés par le Cameroun a eu lieu ce mardi 27 janvier 2015. Pour les participants, il s’agit de mettre en place un cadre de coordination entre la Communauté Économique des États de l'Afrique Centrale (CEEAC) et la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC).

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:49
Monde: Transfert, Didier Ya Konan revient en Allemagne et retrouve Hanovre
 
Monde: Transfert, Didier Ya Konan revient en Allemagne et retrouve Hanovre
 

Ya Konan (ph)  -



africapress.com- Mardi 27 Janvier 2015- Après six mois passés au club Saoudien d'Al-Itthiad, l’international ivoirien, Didier Ya Konan Rechercher Ya Konan non retenu par Hervé Renard Rechercher Hervé Renard pour la CAN Rechercher CAN est de retour en Allemagne.

L’ancien attaquant de l’Asec d’Abidjan a retrouvé ce mardi son ancien club d’Hanovre, pour une période de six mois en faveur du Mercato qui a lieu actuellement en Europe.

Il revient dans une équipe où il a déjà évolué durant 5 ans (2009-2014), avant de tenter une aventure dans le golfe.
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:46

 

 

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:45
 Imprimer  Réagir Bookmark and Share
Joseph Celestin Tindjou - Malabo, 27/01/2015
Photo: (c) Wiliam Tchango


Dans cette interview exclusive accordée à Cameroon-Info.Net, il parle aussi de la structuration de la Communauté camerounaise vivant dans ce pays


Comment vous entrevoyez le match de demain entre le Cameroun et la Côte d’Ivoire ?

Le match de demain va être difficile. Vous savez, à cette CAN, toutes les équipes ont le même niveau, toutes les équipes se valent, il n’y a aucune équipe qui s’est distinguée tout au long de cette première phase. Nous pensons que si l’équipe du Cameroun a un sursaut d’orgueil demain, on pourra faire la différence. Restons toutefois sereins, n’essayons pas de mettre la pression sur nos jeunes footballeurs. A Malabo, vous avez constaté vous-mêmes, il y a un grand déploiement de la communauté qui attend jusqu’ici que cette jeune sélection nous rende un peu heureux parce que comme vous le savez, depuis 2012, on n’a pas participé à la CAN. Nous avons l’honneur que cette Coupe se joue dans notre Sous-région et notre souhait est que le Cameroun puisse la garder et je pense que le Cameroun est bien placé pour gagner cette coupe.


Pensez-vous qu’il y a de quoi être serein après les deux premiers matches plus ou moins décevants ?

Moi, je pense qu’il y a de quoi être serein. C’est le football, ce n’est pas une science acquise et puis les matches sont différents. Nous pouvons mieux faire demain. Que le coach essaie aussi d’apporter du sang neuf, qu’il essaie d’apporter de l’oxygène dans cette jeune sélection parce qu’on a évidemment des talents qui peuvent  la différence et nous pensons sincèrement, il prendra le courage de le faire. Je pense ainsi au jeune N’jie Clinton et au milieu de terrain, Mandjeck. Pour Clinton, je pense qu’il ne faudrait pas qu’on lui mette assez de pression et s’il est courageux, demain, les choses iront mieux.  Quant au pronostic, je pense que c’est un match difficile à pronostiquer. Il faut être prudent mais en tant que camerounais, je suis toujours en faveur de mon pays. Donc, je pense que ça sera 2-1 pour le Cameroun.


Comment êtes-vous organisés pour apporter votre soutien aux lions pour ce dernier match de poule ?

Aujourd’hui, les lions ont plus que jamais besoin du soutien de tous les camerounais ainsi que des sympathisants du Cameroun parce que tel que j’ai observé, il n’y a pas que le Cameroun qui supporte les lions indomptables. Il y a beaucoup de personnes d’autres nationalités qui sont derrière nous et nous sommes arrivés à un tournant important de l’avenir de cette équipe. Pour ce faire, nous, au niveau de l’ASSOGECAM (Association Générale des Camerounais de la Guinée Equatoriale, ndlr) avons acheté deux mille billets que nous allons mettre à la disposition de toute  la Communauté camerounaise présente ici. Nous avons fait une mobilisation particulière pour accueillir les lions. Vous avez vu ce qui s’est passé au stade. Nous avons acheté mille tricots pour les supporters des lions indomptables. L’ASSOGECAM avait prévu au départ trois mille billets, nous avons acheté mille billets de plus. Si par la suite, on réussit à se qualifier pour le second tour – on le fera – Je pense qu’on vous réserve de très belle surprises.

 
Combien de camerounais y a-t-il en Guinée Equatoriale ?

Nous sommes très nombreux, nous dépassons 2000 mais je pense que pour la rencontre de demain, si nous avons 2000 au minimum derrière les lions indomptables, ce sera déjà quelque chose d’appréciable. Nous avons acheté 2000 billets que nous distribuons au Camerounais et il y a d’autres entités qui ont également prévu quelque chose. Mais plus, nous serons nombreux au stade, plus ça vaudra pour nos lions indomptables. Pour me résumer, nous aurons au moins 2000 personnes au stade demain pour soutenir l’équipe.


Croyez-vous à la qualification des lions indomptables ?

Oui, nous allons nous qualifier, sinon, nous n’allions pas faire ce geste. On va lutter jusqu’au bout, on va lutter jusqu’à la dernière seconde. Tant qu’il n’y a pas le coup de sifflet final, nous ne baisserons pas les bras.


Sur quoi comptez-vous pour afficher un tel optimisme ? La qualité des talents ou la faiblesse de l’adversaire ?

Ne savez-vous pas que les lions indomptables regorgent de beaucoup de talents ? Il faut simplement qu’on les exploite très bien. J’ai suivi des débats hier à la télévision, il faut juste un peu de volonté et puis, c’est terminé.


Parlez-nous de la Communauté camerounaise de Malabo. Comment vit-elle ? Comment est-elle constituée ?

Vous avez eu le temps de les observer et vous allez faire votre propre idée. Je crois que la Communauté camerounaise en Guinée Equatoriale vit en parfaite harmonie, et nous, au niveau de l’ASSOGECAM, nous essayons de cultiver l’esprit de solidarité, l’esprit d’entraide et l’amour de la patrie. Nous essayons de faire en sorte que ceux qui sont nantis essayent d’aider les compatriotes qui souffrent, on essaie autant que faire se peut, de développer le social, d’assister des personnes dans nos actions. Nous sommes en terre étrangère et nous devons tout mettre en œuvre pour porter très haut le flambeau de notre pays. Pour parler de la Communauté camerounaise de Malabo, il faut vraiment une très longue interview.  La Communauté camerounaise de Guinée Equatoriale est en général constituée des associations, des regroupements sur des bases ethniques, sur des bases linguistiques et sur des bases culturelles. Et comme ça se passe au Cameroun, c’est exactement la même structuration comme au pays. Ces associations ont chacune son bureau, son président. Au niveau supérieur, nous avons l’ASSOGECAM qui chapeaute, nous comptons une trentaine d’associations affiliées et c’est à ce niveau que nous décidons sur le plan stratégique. Naturellement, nous n’entrons pas dans la gestion quotidienne des associations mais nous faisons autant que faire se peut de rapprocheR toutes ces associations… Voila une manifestation pratique de l’Assogecam. Les Lions indomptables sont venus à Malabo jouer, nous avons mis à la disposition de notre communauté deux mille billets. Il y en a parmi nous qui n’ont pas les moyens de s’acheter un billet pour aller voir les lions indomptables, ils auront donc la chance, grâce à cet élan de solidarité d’aller voir leur équipe jouer. Des fois, on va vous dire qu’il y a un qui est malade. Quand on se rend compte effectivement qu’il est malade, on lui apporte l’aide nécessaire. Sans entrer dans beaucoup de détails, voila comment fonctionne la Communauté camerounaise de Guinée Equatoriale. Mais je peux vous dire que la Communauté camerounaise dans ce pays, c’est une des plus nombreuses et une des mieux organisées.


Avez-vous des difficultés dans l’accomplissement de ces missions ?

Tout chemin est semé d’embuches. Si c’était facile, on ne serait pas là.  Mais le plus important, ce n’est pas de regarder les difficultés mais de voir l’objectif qu’on s’est fixé et dans tout ce que vous ferez dans la vie, il y aura toujours des difficultés. Il y en a qui ont des difficultés pour manger alors qu’ils ont à manger. Quand ils essaient de manger, ils n’arrivent pas à avaler. Aucune œuvre dans ce monde ne peut se faire sans difficulté mais le plus important, c’est de voir comment est-ce qu’on fait pour aller au delà des difficultés et avancer.


Parlez-nous de vos satisfactions et également de vos déceptions en tant que président de l’ASSOCGECAM !

Je vous parlerai seulement de ma satisfaction, c’est la mobilisation des camerounais autour des lions indomptables, c’est ça l’actualité. La déception, ça n’existe pas dans la vie. Comprenez qu’une déception, c’est la préparation d’un succès…


Les actions de l’ASSOGECAM se limitent-elle seulement en Guinée Equatoriale ?

C’est l’Association des Camerounais de Guinée Equatoriale. Dans un proche avenir, on essaiera de voir dans quelle mesure on peut entrer en contact avec les autres associations qui existent dans d’autres pays pour essayer de voir comment est-ce qu’on peut organiser la diaspora parce qu’aujourd’hui, avec l’évolution du monde, la diaspora devrait apporter sa quote-part à la construction du pays… Pour le moment, nous limitons nos actions en Guinée Equatoriale.L’association qu’il dirige promet de mettre 2000 billets à la disposition de la Communauté camerounaise de la Guinée Equatoriale pour cette rencontre cruciale comptant pour la troisième journée dans la poule D.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:42

 

Cameroun: Lima, deux enfants égorgés par Boko Haram
 
Cameroun: Lima, deux enfants égorgés par Boko Haram

africapress.com Mardi 27 Janvier 2015- Les corps de deux enfants ont été retrouvés égorgés ce lundi matin à Lima, a appris  africapress.com

Selon Guibai Gatama qui nous donne l’information, les corps de deux enfants ont été retrouvés égorgés ce lundi matin au village Lima Rechercher Lima par Leimari, à moins de 10 kms de Fotokol, département du Logone-ET- Chari, région de l’Extrême-Nord. Les riverains évoquent une action de Boko Haram. L’armée a lancé une traque pour retrouver les coupables.

D’autre part, selon les témoignages reçus par téléphone, les populations sont privées de voyager sur l’axe Kousseri-Maroua, depuis bientôt 1 mois. Les habitants de cette zone du pays disent éprouver d’énormes difficultés et souhaitent que des bases militaires soient créées sur le trajet Double-Waza.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:41

 

Depuis hier lundi 26 janvier 2015, les ministres des affaires étrangères des pays membres de l’Union Africaine préparent activement le 24ème sommet de l’instance, sous le thème : « Année de l’automisation des femmes et Développement de l’Afrique pour la concrétisation de l’Agenda 2063 ».

Ces assisses préliminaires devraient déboucher sur le sommet à proprement parler du vendredi 30 au samedi 31 janvier prochains. Plusieurs chefs d’Etat et autres chefs de gouvernement du continent sont attendus à Addis-Abeba.

Outre le thème du 24ème sommet qui devrait servir de fil conducteur à la rencontre, le dossier relatif à la secte islamique Nigériane Boko Haram occupera une place de choix dans l’agenda des responsables Africains. Entre autres, en guise de propositions, l’on annonce d’ores et déjà la saisine du conseil de sécurité de l’organisation des nations unies (ONU), la mise sur pied d’une force multinationale, mais aussi et surtout la création d’un fonds spécial pour batailler contre Boko Haram.

Pour combattre la secte Islamiste Nigériane, Nkosazana Dlamini-Zuma la présidente de l’instance panafricaine propose la mise sur pied d’une force multinationale et la création d’un fonds spécial.
Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 08:55

2

 

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 08:53


Isaac Sinkot : « la surprise peut venir de tous les joueurs »

 

Il a contribué à donner au football camerounais ses lettres de noblesse. Isaac Sinkot dit "Djasso" formait avec Réné Ndjéya, "Général" Ndoumbé Léa, Charles Toubé l’arrière garde des Lions Indomptables du Cameroun à la première coupe d’Afrique des Nations qu’a remporté le Cameroun en Côte d’Ivoire 1984. Il fait aussi partie du gratin des anciennes gloires africaines présentes à Malabo pour redynamiser le football africain. Nous l’avons rencontré.

 
 
commentaires

Comment jugez-vous le niveau des sélections africaines à cette Coupe d’Afrique des nations ?

Très acceptable. Toutes les équipes sont rajeunies. Avec l’œil de technicien, je vois le Sénégal qui est mieux physiquement que les autres, faire de bonnes choses dans cette compétition. Les joueurs sénégalais ont du répondant et de la vivacité. Et sur un second plan, il y a l’équipe camerounaise qui n’a peut-être pas de joueur vedette mais, la surprise peut venir de tous les joueurs. Notre force est que le but peut venir par n’importe quel élément.

A ce propos, quel est votre avis sur les prestations du Cameroun lors de ses deux premiers matchs ?

Comme par le passé, nous marquons de moins en moins les buts. Nous restons quand même avec notre fighting spirit qui a toujours caractérisé les Lions. En observant, je me rends compte que notre coach a tout ce qu’il faut mais, n’en fait pas une bonne utilisation. Il a tous les éléments pour pouvoir remporter chaque rencontre, mais il ne les utilisent pas convenablement. J’aurais souhaité qu’il face confiance à ses seconds qui sont : Djonkep et Belinga. Je ne sais pas s’il les écoutent. Je n’ai pas le sentiment qu’il les associent au travail.

Parlons de l’actualité au tour de la Fédération camerounaise de football et des élections en particulier. Comment avez-vous apprécié la prorogation du mandat du Comité de normalisation en novembre dernier ?

D’abord, c’était important de le faire. Je crois que les hommes passent mais, la République reste. Même comme on dit que l’Etat ne doit pas mettre la main, ils savent à quel moment réagir. Tel que les choses avançaient, il était vraiment incorrect de faire des élections dans ces conditions où rien n’était clair, où une faction était seule en course, avec pour objectif de passer en force. Tout est à refaire, ils sont juge et partie. Il faut qu’on reparte avec la nouvelle donne et que les choses se fassent normalement et démocratiquement.

Est-ce que vous avez le sentiment que ça évolue dans le sens que vous souhaitiez ?

Il faut d’abord que tout se passe à la base, dans les départements et les régions, avant d’arriver au sommet. Je crois que tout ceux qui souhaitent briguer ce poste se préparent. Mais, les règles ne sont pas encore définies. On a arrêté les élections. On ne sait pas encore de quel côté ça va recommencer. Je pense que si on recommence à la base, toutes les équipes concernées vont se préparer en conséquence.

Est-ce que le temps ne sera pas court pour recommencer à la base avant l’élection fédérale du 25 février prochain ?

C’est vrai que le temps sera court mais, le plus important, c’est d’abord de recommencer à la base parce qu’on s’y connait. Quand on va recommencer à la base, certains tricheurs ne vont plus exister, et puis ça va clarifier les choses.

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article