Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 19:20

Découverte du Cameroun et ses poches de misère :: CAMEROON


RDPC Jouisseurs:Camer.be

Découverte du Cameroun et ses poches de misère :: CAMEROON


RDPC Jouisseurs:Camer.beLa journée internationale du refus de la misère se célebre ce 17 octobre. Au Cameroun, cette journée est vécue dans l’indifférence totale de nombreuses populations  meurtris dans la précarité. Détour dans une activité des jeunes et vieux, symbole de la misère ambiante.

Cette année, dans le cadre de la célébration de cette journée  mondiale de refus de la misère. Le thème retenu est : “ « Ne laisser personne de côté : réfléchir, décider et agir ensemble contre la misère » ”.

Au Cameroun, selon l’association Union Solidaire basée à Yaoundé, “ les jeunes n'ont plus d’avenir, ils sont contraints à des activités de survie quotidienne au détriment des mœurs ”. Pour cette occasion, l'US avait appelé dans un communiqué rendu public le 16 août 2014 à une mobilisation concertée des institutions publiques, des associations de défense des droits de l’homme pour une redistribution équitable des richesses nationales, seul gage pour lutter efficacement contre la misère au Cameroun.

Au Cameroun la célébration de la journée internationale du refus de la misère se passe dans l’indifférence totale. En dehors d’une manifestation organisée au pas de course au bureau du Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud), rien à signaler. Pourtant, le pays tout entier regorge des millions de compatriotes, très souvent obligés d'utiliser tous les moyens nécessaires pour subvenir à leurs besoins "élémentaires". Plusieurs d'entre eux ont choisi la voie du vol armé, de l’escroquerie, de la  prostitution, d'autres les cybers cafés pour la recherche d'un époux ou d'une épouse au delà des frontières nationales.

Nous sommes à Akwa, non loin d'une auberge de la place, ce vendredi 17 octobre 2014. Un tour dans les profondeurs du quartier met en lumière un autre visage de ce quartier. Des cybers café sont présents des deux côtés de la route. Sur des plaques publicitaires chacun s'efforce à venter ses services" Chats assurés, rencontres divers, scanners des photos en direct de votre Webcam" C’est l’anarchie totale.

“ Nous avons choisi de venir ici, parce que, le gestionnaire du cyber café nous aident à chatter sur des sites des rencontres amoureuses, en plus, nous avons des webcams et des cabines internet privées avec rideaux etc."Affirme Mlle F.

Aujourd’hui, il est difficile de trouver une épouse "capable" ici. C’est pourquoi ajoute un autre client on est parfois obligé de se cacher ici loin des yeux de nos femmes pour chercher une autre âme sœur.

"Je dépense presque 1500 frs Cfa par jour ”, explique Annie N, mariée et mère de deux enfants. Un inspecteur de police  qui requiert l’anonymat est lui aussi en pleine conversation par le canal de sa webcam avec une correspondante de race blanche “ On va faire comment" nous demande t-il.

Et très souvent, on retrouve des jeunes, vieux, mariés, chefs de familles dans cette besogne. Chacun déplore la situation difficile dans laquelle il ou elle vit.

Au Cameroun, on assiste à un accroissement de l’insécurité et la précarité de vie notamment la dépravation des mœurs et en particulier les exploitations sexuelles notamment des mineures et les abus de toutes sortes (prostitution, proxénétisme, consommation de drogues, etc.)

La violence urbaine a pris le temps de bien construire son nid. Selon Jean Emanuel Mbondol le président de l'association Union solidaire, ces derniers années au Cameroun, on a assisté à une augmentation du nombre d’enfants de la rue et des malades mentaux. Le niveau de chômage est une autre caractéristique importante de la pauvreté urbaine ajoute t-il. Peut être l'une des raisons qui ont poussé les autorités locales à afficher une indifférence totale aux cérémonies relatives à la journée mondiale du refus de la misère. Mais, jusqu’à quand ?



Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires