Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 09:40

Cameroun - Tribunal militaire : Me Harissou inculpé pour outrage au président de la République :: CAMEROON


Cameroun,Cameroon - Tribunal militaire : Me Harissou inculpé pour outrage au président de la RépubliqueLe notaire sera poursuivi devant le Tribunal militaire de Yaoundé entre autres pour « outrage au président de la République ».

Une information judiciaire a été ouverte hier, 21 octobre 2014 contre Abdoulaye Harissou et son coaccusé Aboubakar Siddiki. Deux magistrats militaires du Tribunal militaire  de Yaoundé et un greffier se sont déportés vers 9h à la prison principale de Yaoundé où sont détenus le notaire et l’homme politique pour  leur servir l’acte d’accusation. Un espace situé non loin de la mosquée de ce pénitencier ou ce qui en tient lieu a été transformé en cabinet d’instruction judiciaire pendant une vingtaine de minutes.

Le temps de la notification des mis en cause en présence de leurs avocats respectifs, dont Me Jacques Mbuny et Me Sébastien Song. Accompagnée du lieutenant Colonel Asse, commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire de Yaoundé, le chef d’escadron Aline Mbia Ondoua, juge dans cette juridiction, désignée pour  mener l’instruction de l’affaire, a procédé à l’inculpation des accusés. Quatre chefs d’accusation ont été retenus contre ces derniers. Il s’agit de :

  1.     « outrage au président de la République (Paul Biya) »,
  2.     « hostilité contre la patrie et révolution »,
  3.     « complicité d’assassinat », et
  4.     « port et détention illégale d’armes de guerre ».

    
Il est notamment reproché à Me Harissou d’avoir « adressé des lettres à deux journalistes dans lesquelles il traite le chef de l’Etat d’incapable physique et politique ». L’accusation cite le nom d’un confrère employé dans un journal local qui a pignon sur rue et d’un enseignant de l’Esstic, qui, par le passé a exercé comme journaliste. Joint au téléphone, le premier cité dit n’avoir jamais été en contact avec Me Harissou, ni avoir reçu un tel courrier de la part du notaire.

Quant au second, il avoue connaitre le notaire. « C’est un ami », se contente-t-il de dire. Le prof ne souhaite pas poursuivre la discussion par téléphone et propose un échange  par mail ou une rencontre sur « rendez-vous » avec le reporter du Jour.

Soulèvement du peuple

D’ores et déjà, Me Harissou nie cette accusation qui lui est imputée et qui implique des hommes de médias. Encore moins celle selon laquelle il a demandé un « recrutement de factions rebelles au Tchad, en République centrafricaine et au Soudan pour déstabiliser les frontières avec le Cameroun et les institutions camerounaises ». Me Harissou doit également répondre d’une présumée implication dans les attaques qu’il y a eu lieu à l’Est du Cameroun.

Aussi, il devra se justifier sur « des discours qu’il aurait rédigés et dans lesquels il appelle au soulèvement du peuple », tel que présenté par l’accusation. Tout comme il devra se défendre sur la « tentative de modification des lois de la République par la violence » qui lui est reprochée. Me Harissou qui, dans la foulée de son inculpation a été placé en détention provisoire de six mois, sera convoqué dans les jours à venir devant le juge d’instruction Aline Ondoua Mbia pour s’expliquer sur chacun de ces griefs.

Mercredi, 15 octobre dernier, tel que le prévoit la loi, le ministre de la Défense, Edgar Alain Mebe Ngo’o a délivré un « ordre d’informer » contre Harissou et Siddiki. Le document a été transmis au commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire. Celui-ci a préparé un réquisitoire introductif d’instance dans lequel les charges retenues contre Harissou et Siddiki ont été consignées. Ledit réquisitoire introductif d’instance a été soumis au président du Tribunal militaire de Yaoundé qui, dans la foulée, a désigné le juge d’instruction Aline Mbia Ondoua pour conduire l’information judiciaire.

Me Harissou est interpellé le 26 août dernier à Maroua dans les services du gouverneur. Ce jour-là, il est transféré à Yaoundé et conduit à la direction générale de la recherche extérieure (Dgre) où il passe un mois. Le 26 septembre Me Harissou et son coaccusé sont transférés au Sed. Après une semaine passée dans cette prison secondaire, ils sont

 



Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires