Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 13:51

En  réaction à l'article paru à la une du journal le messager du 02 mai 2017 et en sa page 4, et relatif à un prétendu détournement d'argent du sénateur MENYE ONDO, qu'il nous soit permis d'exposer les faits:

courant 2010, M ESSONO EDJO alors Ministre des finances en république de Guinée Equatoriale saisissait Me MENYE ONDO à l'effet d'acquérir uun terrain à Douala suite aux difficultés rencontrées dans un projet similaire notament la vente d'un terrain d'une succession à problème.

ayant pris connaissance du dossier, je l'en ai dissuadé et lui ai proposé d'en acquérir plutôt un à Yaoundé, où je suis territorialement compétent.

nous avons effectivement identifié un immeuble à Yaoundé au prix de 350 millions. L'acquérueur s'est entièrement acquité du prix par notre comptabilité. Lequel prix a été entièrement payé au vendeur par chèque (annexe 1).

le vendeur nous avait toutefois caché que le locataire lui avait posé des conditions pour la libération des lieux, d'où son silence lorsque nous l'avons saisi pour se prononcer sur le droit de préférence que lui confère la loi.

ne pouvant jouir de l'immeuble acheté, l'acquéreur a solllicité et obtenu du vendeur la restitution intégrale du prix. Après plusieurs tentatives vaines pour ce faire, nous avons dû saisir la police judiciaire pour entre dans nos droits (annexe 2)

plusieurs mois, voire des années après de versement au compte-gouttes, nous avons enfin pu récupérer la totalité desdits fonds (annexe 3)

toujours soucieux de satisfaire le client, ce dernier ayany manifesté sa volonté insistante d'avoir une maison à Douala plutôt qu'à Yaoundé, nous l'avons intéressé aux ventes effectuées par la liquidation de l'ex ONPC, profitant du désistement d'un des acquéreurs les d'attendre le dénouement des transactions. Il convient de préciser que le prix avait été entièrement payé et encaissé par l'état via le trésor public (annexe 4), mais la mutation des titres du fait d'une mésentente entre le MINFI et le MINDCAF (annexe 5). Il est à noter qu'il s'agit d'un immeuble urbain bâti d'une contenance superficielle de 1782m² à Bonajo, une véritable aubaine.

Il n'est pas superflu de relever que le changement du Ministre des Finances viendra davantage compliquer la situation.

face à ces turpitudes purement administratives et soucieux de libérer les acquéreurs lésés (M ESSONO n'était pas le seul), nous avons sollicité l'arbitrage du Premier Ministre (annexe 6)

au terme de plusieurs réunions interministérielles (annex 7), le Premier Ministre a convoqué une réunion en vue de signer le projet de protocole d'accord qui ordonnant au Ministre des fiances la restitution intégrale des fonds (annexed 8)

au cours de cette réunion étaient présents:

le Premier Ministre Chef du Gouvernement, son Chef de cabinet, le Ministre d'Etat Ministre de la Justice Garde des Sceaux, le Ministre des Finances, le MINDCAF, le Gérant ATOU et moi-même. Au moment de la signature dudit protocol, un message porté du Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République était remis au Premier Ministre lui enjoignant de surseoir à la signature de ce protocole sur haute instruction....

la statut quo perdure jusqu'à ce jour, l'Etat détient et l'argent et les villas au grand dam des acquéreurs et bien entendu des Notaires instrumentaires.

ayant épuisé tous les recours administratifs, nous nous sommes résolus à saisir le juge judiciaire. L'affaire est pendante, en bonne voie, et suivie par Me KOUM, Avocat au Barreau à Douala (annexe 9).

Il est à préciser qu'en guise de garantie, et pour le rassurer, le Titre Foncier n°13461/Wouri se trouve entre les mains de M ESONO, Nous avions commencé à le désintéresser (annexe 10) mais, refusant à raison d'être réglé de toute évidence en monnaie de singe, ce qui ne favorise pas l'investissement, nous avons convenu ensemble d'attendre la décision de justice à intervenir dans les prochains mois, plusieurs acquéreurs potentiels s'étant déjà manifestés.

il est à préciser que j'ai connu M ESONO EDJO alors qu'il était Ministre des Fiances de Guinée Equatoriale, pour avoir facilité les démarches et instrumenté les actes d'acquisition de la Chancellerie, de la résidence de l'Ambassadeur de Guinée équatoriale, et d'un immeuble pour les fonctionnaires de l'ambassade, dans des conditions quasi identiques pour près de 1,5 milliard de FCFA, sans que cela ne posa le moindre problème.

celà m'a même valu les félicitations à M MENYE ONDO Xavier à faire à suivre

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires