Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 09:50
 
Immeuble de la mort a Yaounde Archives
Les employés en service dans les quatre ministères situés au sein de cet édifice sont parfois contraints à la montée ou descente des escaliers à cause des interminables pannes.

Ils sont nombreux, ces usagers qui fréquentent l’immeuble ministériel de l’Emergence, autrefois appelé « immeuble de la mort », récemment rénové. Et pour cause, cet édifice loge en son sein quatre départements ministériels à savoir le ministère de l’Eau et l’énergie, celui de l’Habitat et du développement urbain, des Travaux publics et enfin le ministère des Petites et moyennes entreprises.

Mais depuis quelques temps, les deux ascenseurs destinés à desservir les 18 étages que compte cet immeuble font subir calvaire et supplice aux usagers, à cause de leurs innombrables pannes. Contraignant ainsi usagers et employés en service à emprunter les escaliers.

Selon Le Messager du mercredi 10 mai 2017, entre le 10e et le 18e niveau, les deux ascenseurs font des caprices et ne s’arrêtent pas. « Si vous êtes à partir du 5e niveau et que vous devez descendre, le meilleur risque est de monter, d’arriver au 18e et de redescendre à pieds, pour éviter quelques tortures », explique un usager, régulièrement victime de cette situation.

A en croire une source du journal, un doigt accusateur est pointé sur les chinois qui n’auraient pas effectué le transfert de compétences, en matière de maintenance. « Les chinois n’ont pas effectué le transfert de compétence en matière de maintenance Ils gardent la main sur les pannes c’est pour eux une chasse gardée qui oblige les exploitants et les gérants de l’immeuble à faire recours à leur expertise Fait grave, en se réservant l’exclusivité de la technologie, ils font de la surenchère par des coûts très élevés », peut-on lire dans le quotidien.

Cette attitude des Chinois semble ne pas être la première en date. Plusieurs années après la construction du Palais des Congrès de Yaoundé, les Chinois continuent en assurer la maintenance et détiennent le secret des pannes. Ils gardent également la haute main sur le palais Polyvalent des Sports, indique le journal.

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires