Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 09:31

Ali Bongo Ondimba Archives

Invité sur la chaine de radio française RTL mercredi, le Président gabonais réélu pour un nouveau mandat de sept ans a répondu notamment au Premier Ministre français Manuel Valls qui demande un recomptage des voix enregistrées lors du scrutin présidentiel du 27 août 2016.

Alors que l’opposition gabonaise, l’Union Européenne, la France et ses alliés continuent de réclamer un recomptage, bureau de vote par bureau de vote, des voix enregistrées lors des élections présidentielles gabonaises du 27 août 2016, Ali Bongo, vainqueur déclaré de ce scrutin (49,80%) ne l’entend toujours pas de cette oreille. Invité le mercredi 7 septembre 2016 sur les antennes de RTL, une radio française, le Président gabonais a réitéré sa position.

«Je fais respecter les lois dans mon pays. On ne peut pas me demander de violer la loi. Moi, je ne me permettrais pas de demander à quelqu’un de violer la loi. Nous avons une loi qui a été votée en 1996 et qui régit tout le processus électoral. Je ne peux pas violer la loi. En ce qui concerne le recomptage, ceci est prévu dans le cadre de la loi et se fait au niveau de la Cour constitutionnelle. Mes adversaires le savent, ils ont fait voter cette loi. Et quand cette loi a été votée, je n’étais même pas au Gouvernement alors que certains d’entre eux y étaient», a-t-il déclaré.

Il répondait au passage au Premier Ministre français, Manuel Valls, qui, de passage sur les mêmes antennes, estimait qu’«il faut un processus électoral clair. La sagesse commanderait de faire un nouveau décompte des résultats».

Les candidats à cette élection ont jusqu’à jeudi 8 septembre 2016 à 15 heures GMT pour déposer leurs recours à la Cour Constitutionnelle. Cette institution est censée délivrer les résultats définitifs de ce scrutin dans les prochains jours. Selon les résultats provisoires annoncés par la Commission Electorale Nationale Autonome et Paritaire (CENAP), le Président sortant est arrivé en tête avec 49,80% des suffrages contre 48,23% pour son principal challenger, Jean Ping.

Les violences qui ont éclaté après la proclamation de ces résultats ont fait plusieurs morts et davantage de blessés dans quelques grandes villes du pays

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires