Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 09:57

Hôpital Gynéco de Douala Archives

Le Gouvernement n’a pas réussi à convaincre ce personnel. Celui-ci prévoit une grève générale.

C’est une information relayée par le quotidien Le Jour édition du 19 septembre 2016, le personnel médico-sanitaire des hôpitaux publics du Cameroun se prépare à grever dès ce jour. En dépit des tractations faites entre lui et le Gouvernement, il n’a pas suspendu son préavis de grève formulé il y a de cela deux semaines, lors de la rencontre qui a eu lieu au Ministère de la Santé publique. Ce préavis porte au total 16 revendications.

En fait, au début du mois de septembre, les syndicats du personnel médico-sanitaire ont saisi une énième fois le Gouvernement pour qu’il examine leurs conditions de travail qu’ils jugent «précaires». Et ce depuis ces dix dernières années. Comme solutions proposées au Gouvernement, ils ont énoncé «la prise en charge gratuite du personnel malade et de leur famille nucléaire, le reclassement du personnel contractuel au statut de fonctionnaire, le paiement régulier des primes (quotes-parts)». En outre, le personnel de santé demande la «revalorisation de l’âge de départ à la retraite à 60 et non à 55 ans comme c’est le cas».

«Selon nos sources, le mot d’ordre de grève du personnel médico-sanitaire est toujours en vigueur. Car, des solutions concrètes n’ont pas été trouvées aux problèmes posés», écrit le quotidien. Sylvain Onana Nga, le président du Syndicat National des Personnels des Établissements du Secteur de la Santé du Cameroun (CAP/SANTE), avait déclaré il y a de cela une semaine que «le Gouvernement n’a pas encore réagi sur nos principales doléances. Pour des raisons stratégiques, nous n’allons pas commencer notre mouvement de grève ce 16 septembre comme il est mentionné dans le préavis adressé au Gouvernement. Si la situation ne change pas jusqu’à lundi prochain, nous allons lancer un mouvement d’humeur dans les formations sanitaires de Douala et Yaoundé».

Toutefois celui-ci indique que certains points ont connu un début de solution à l’instar du paiement des droits des 14 ex-licenciés du Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé et l’organisation des élections des délégués du personnel dans certaines formations sanitaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires