Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 11:35

Des militants du RDPC lors d'un meeting Archives

Le statut de ceux qui furent autrefois des cadres du parti au pouvoir sera-t-il au menu du 4e congrès annoncé pour les 14 et 16 septembre par une source introduite au Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais. Dr Ahmadou Séhou et Jean-Baptiste Atemengue répondent à la question.

C’est une source introduite au Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) qui indique que le parti des flammes tiendra son congrès du 14 au 16 septembre prochain. Le journal La Voix de la Lékié, dans son numéro 003 fait intervenir le Dr Ahmadou Séhou, historien-analyste socio-politique, et Jean-Baptiste Atemengue, vice-président de la section RDPC de la Mefou et Akono-Ouest, sur l’exclusion définitive ou pas des militants du parti condamnés pour détournements massifs.

«Nous sommes à l’attente d’un congrès ordinaire ou extraordinaire. S’il est extraordinaire, il n’y aura pas assez de points à l’ordre du jour, mais s’il est ordinaire c’est l’occasion de renouveler le personnel politique. Notre vœu, c’est que le parti s’engage un peu plus sur la question de la corruption et les détournements des fonds publics. Il est souhaitable que ceux de nos camarades qui se retrouvent en difficulté de gérer les instances du parti soient remplacés. À ce niveau je crois que leur absence au congrès est synonyme d’éviction automatique des instances du parti. Chaque fois que le Comité central doit se réunir en congrès, je crois que nos camarades qui ne sont pas disponibles verront leurs noms sortis définitivement du fichier des membres du Comité central. Par contre, l’exclusion n’a, jusque-là, pas été une politique que nous avons souvent menée au RDPC. Ainsi, les exclure c’est autre chose, ce qui est sûr, c’est qu’ils ne sont plus des modèles pour nous militants», déclare Jean-Baptiste Atemengue vice-président de la section RDPC de la Mefou et Akono-Ouest.

Pour sa part, Dr Ahmadou Séhou affirme que «le congrès d’un parti comme le RDPC est toujours un évènement très attendu, surtout dans le contexte camerounais où il domine la scène politique depuis plusieurs décennies. On peut bien se demander pourquoi ces grands militants membres du parti et de ses instances les plus élevées n’ont pas daigné prendre l’initiative de démissionner. Pour le comprendre, il faut plonger dans la nature du régime et le mode de fonctionnement du système gouvernant au Cameroun. Le parti étant considéré comme un bouclier et une éventuelle possibilité d’absolution ou de rebondissement, il estime qu’il serait mal vu de s’y exclure. L’opération épervier a une campagne d’épuration politique et de règlements de comptes, une manière de brider ou de briser certaines ambitions, eu égard à l’inévitable succession inscrite à l’horizon»

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires