Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 09:33

Gorilles en voie de disparition Archives

La sonnette d’alarme est tirée par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature qui a tenu son congrès le 4 septembre 2016 aux Etats-Unis

Si rien n’est fait, la sous-région Afrique centrale pourrait sous peu se retrouver sans singes géants. C’est ce qui ressort du Congrès international de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), tenu à Honlulu aux Etats-Unis le 4 septembre dernier.

Il s’agit plus précisément, explique Intégration paru le 13 septembre, de quatre espèces. « Ce sont le gorille de l'Ouest, le gorille de l'Est, l'orangoutan de Bornéo et l'orang-outan de Sumatra. Jusqu’alors considéré ‘‘en danger’’, le gorille de l’Est notamment (Gorilla beringei), une espèce majestueuse qu’on retrouve en République démocratique du Congo au Rwanda et en Ouganda, compterait moins de 5 000 individus à l’état sauvage, du fait de la chasse, se plaint l’agence onusienne. L'espèce était déjà considérée comme ‘‘en danger’’ ; le ‘‘danger critique’’ est la dernière étape avant l'extinction à l'état sauvage », lit-on.

Les chimpanzés et les bonobos, également en voie de disparition, sont classés en « en danger ». Une situation causée par plusieurs facteurs, informe le journal. « Aux sources du mal, la guerre, la chasse illégale et la perte d'une partie de son habitat dans la zone République démocratique du Congo, Rwanda, Ouganda », écrit notre confrère.

Intégration renseigne par la suite que « le gorille de l'Est compte deux sous-espèces. L'une d'elle, le gorille de Grauer ou gorille des plaines orientales (Gorilla beringei graueri), a été décimée depuis 1994: on en dénombrait alors 16.900 spécimens, contre tout juste 3800 en 2015. La seconde sous-espèce, le gorille de montagne (Gorilla beringei beringei), s'en tire mieux, avec une légère hausse de sa population, jusqu'à environ 880 individus ».

Une situation regrettable d’après la directrice générale. «C'est une triste journée car la liste rouge de l'UICN montre que nous sommes en train de faire disparaître certains de nos plus proches parents», a déclaré Inger Andersen

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires