Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 17:28

Selon un responsable de la milice de Zenten, Saïf al-Islam aurait été livré aux autorités de Tobrouk. Un avocat proche de la famille Kadhafi assure quant à lui qu'il se trouverait toujours à Zenten, mais en résidence surveillée. Mais pour l'heure, aucune précision n'a été donnée sur la date de son possible transfert.

Pour l'instant, rien ne prouve donc que le fils de Mouammar Kadhafi ait été remis en liberté, comme l'ont annoncé ses avocats, ce mercredi 6 juillet. Depuis le 27 juin, ils avaient multiplié les déclarations réclamant la remise en liberté de celui que Mouammar Kadhafi considérait comme son successeur.

Demande d'amnistie contestée

En avril dernier, le ministre de la Justice du gouvernement de Tobrouk avait rédigé une lettre demandant sa relaxe au nom de l'amnistie générale. Mais depuis la mort du ministre en juin, l'authenticité de cette lettre est contestée. C'est pourtant à cette décision que font référence les avocats de Saïf al-Islam.

De son côté, le porte-parole du Parlement libyen de Tobrouk ne confirme pas l'information, mais il ne la nie pas non plus. « Rien n’est officiel pour le moment », a-t-il déclaré au micro de RFI. Fathi al-Maryami confirme tout de même que Saïf al-Islam est bien concerné par l’amnistie générale annoncée par le gouvernement en juillet 2015. Il est donc libérable.

En juillet 2015, Saïf al-Islam a été condamné à mort par contumace par un tribunal libyen pour son implication dans la crise de 2011. Il est également accusé de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (CPI) qui a plusieurs fois demandé son extradition.

En tout cas, vraie ou pas, cette annonce risque de raviver de nombreuses tensions, notamment entre l'Est et l'Ouest, selon Valérie Stocker, analyste indépendante spécialiste de la Libye. « Je pense que cela va réellement compliquer la transition du pouvoir vers le gouvernement d'unité nationale qui est installé à Tripoli depuis fin mars et qui a déjà du mal à s'imposer, analyse-t-elle. Cela va déjà miner sa crédibilité et son pouvoir dans l'ouest du pays. »

Pour Valérie Stocker, si elle s'avère, cette libération pourrait être « perçue comme une trahison des objectifs de la révolution» par beaucoup de Libyens de l'ouest du pays. « Il y aura une énorme pression sur le gouvernement d'unité nationale pour prendre position et pour condamner cette libération, si elle s'avère vraie, poursuit la chercheuse. Et en même temps, cela compliquerait encore plus les relations entre Zenten et ses voisins. »

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires