Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 13:45

Lucie Sambou Ndjingui

Photo: (c) Intégration

La famille de la victime qui se trouve au quartier Messassi, dans la périphérie nord de Yaoundé, est dans l’émoi. Elle espère dans les prochains jours, en savoir davantage sur la disparition de leur proche, Lucie Sambou Ndjingui. La jeune dame, originaire de Yoko dans la Région du Centre, a été assassinée dans la nuit du 1er au 2 juin 2016 dans un hôtel de Lagos, la deuxième ville du Nigéria.

L’information est rapportée par Intégration du 20 juin 2016. Le journal indique que «La jeune commerciale de la société Out Reach Cameroun Media a été retrouvée morte dans la nuit du 1er au 2 juin 2016. Des témoins racontent que c’était peu après 2 heures du matin au hall du Travelling Inn Hôtel de Lagos (…) Les images recueillies sur les lieux du drame montrent une dépouille étalée, en tenue normale de sortie, gisant dans le sang».

Que s’est-il passé ? Le State Criminal Investigation Department Panti Yaba de Lagos s’est déjà saisi du dossier et a ouvert une enquête. Le conseil de la famille, Maître Bertrand Mballa, «a identifié le corps qui se trouve dans une morgue au Nigéria», souligne l’hebdomadaire qui ajoute: «L’avocat aux barreaux du Cameroun et du Nigéria a ensuite saisi le Ministre camerounais des Relations Extérieures (MINREX) et le Consul général à Lagos, respectivement les 8 et 10 juin 2016».

Trois suspects, parmi lesquels le compagnon de Lucie Sambou, sont déjà aux arrêts. La police nigériane espère que leur exploitation permettra de retracer les circonstances du meurtre. En attendant, Intégration revient sur les jours qui ont précédé ce qui est aujourd’hui un drame pour la famille Sambou.

«Logée au deuxième étage dudit établissement hôtelier au moment du drame, la jeune dame avait pour prochaine destination le Cameroun, qu’elle aurait dû rejoindre un jour avant. Des informations font état de ce que, Lucie, a décroché un client de calibre en avril dernier pour son entreprise basée à Kano au Nigéria. La société que dirige le Nigérian Moses Orife lui aurait alors demandé de conduire ledit client (un certain Sani), au siège social pour des formalités de signature des accords. Lucie Claudy et sieur Sani, Directeur Général de cette société de commerce général (qu’accompagnait pour la circonstance son fils) effectueront le voyage du 30 mai au 1er juin avec escale à Lagos. Le 2 juin, une fois les assises terminées, le retour est immédiat avec une nouvelle escale à Lagos. Dans la foulée, les trois touristes d’affaires prendront des chambres au deuxième étage du hall Travelling Inn Hôtel de Lagos en attendant de prendre le vol de Douala le lendemain».

Un lendemain que la jeune dame ne verra jamais. Toujours selon notre confrère, «cette fatidique nuit, une source raconte que, des images des caméras mises à disposition montrent que Lucie et le fils de Sani sont allés en ballade. Pour le Sieur Sani que nous avons joint au téléphone, ‘‘Lucie avait fait venir un ami qu’elle disait connaitre depuis Douala avec lequel elle est sortie’’. Ces deux derniers, selon notre interlocuteur, seraient revenus aux alentours de minuit à l’hôtel. Puis, moins de deux heures après, le sieur Sani est informé dans sa chambre, non loin de celle de la disparue de la mort de la jeune fille. ‘‘Le corps de votre collègue est retrouvé sans vie ici dans la cour’’ déclare le vigile de l’hôtel. Le corps inerte de Lucie gisait clé en main dans la tenue qu’elle avait au retour de sa ballade et trois cents dollars dans ses poches. La vaillance et l’engagement de Lucie n’auront pas duré plus de deux ans dans cette société de commerce située derrière l’immeuble Sapeurs à Douala».

Les enquêtes permettront peut-être de faire toute la lumière sur ce meurtre.

Partager cet article

Repost 0
Published by EVINA
commenter cet article

commentaires